Quelles sont les images, les personnages et les histoires qui nous restent en tête à la fin de l’année ? De plus en plus, l’avalanche de séries est telle que l’exercice peut sembler utopique ou illusoire. Pourtant, en se retournant sur les 12 mois écoulés, on est frappé par certains visages qui ne nous ont pas quittés…

On en dénombre 20 qui ont dépassé tous les effets de com et les poussées d’algorithmes.
Borgen saison 4, En Thérapie, Le Monde de demain, Oussekine, Ovnis saison 2, Pandore, Severance, The Bear, The Crown saison 5, This is going to hurt ouvrent la marche.

A travers ces récits, on retrouve des échos de notre quotidien et de nos propres questionnements : une femme politique ambitieuse face à la tentation du pouvoir (Borgen), des citoyens déboussolés après la pandémie (En Thérapie), de jeunes rappeurs pleins de fougue face à une société sourde (Le Monde de demain) ; un jeune homme dont les rêves de fraternité et d’égalité se sont brisés (Oussekine), des scientifiques en quête de réponses plus spirituelles (Ovnis) ; des femmes bien décidées à faire cesser les injustices et à faire entendre leurs voix (Pandore) ; des employés vivant une stricte mais illusoire séparation entre vies professionnelle et privée (Severance) ; un cuisinier en proie aux doutes et au deuil (The Bear) ; la famille royale britannique rattrapée par les crises conjugales (The Crown) et un praticien face au chaos des soins de santé britannique (This is going to hurt).

Ce classement (réalisé par ordre alphabétique car, à ce niveau-ci, les qualités se mesurent dans un mouchoir de poche) prouve surtout la bonne santé de la création francophone avec 5 fictions sur les dix retenues.

Les dix suivantes, malgré des intrigues plus inégales ou plus attendues, sont restées gravés dans nos mémoires. Qu’il s’agisse des formidables apprentis stand-uppeurs de Drôle, de la fragile jeune comédienne dans Irma Vep, des amants terribles croisés dans Les Papillons noirs, de la génération américaine dorée de The Gilded Age, du troublant thriller australien The Tourist, des vacanciers angoissés et insatisfaits de The White Lotus, de l’inimitable Wednesday de la famille Addams, véritable bombe d’humour noirou du retour très attendu à Baltimore de David Simon avec We Own this city.

A cela s’ajoutent deux séries qui ont bouclé leur parcours avec lauriers et mentions en 2022 : Atlanta saison 4 et The Good Fight saison 6.

Côté français, on est frappé par la qualité et l’originalité des propositions de cette année qui témoignent d’une production en plein essor et d’une politique de création renforcée. Un panel auquel il faut encore ajouter les séries Infiniti et Sentinelles, même si elles ne seront pas prolongées.

Et si cette liste diverge de la vôtre ou ne vous semble pas suffisamment étoffée, rien d’étonnant à cela. De plus en plus, il est impossible de tout voir et surtout, de tout aimer… On verra d’ailleurs quelle tournure prendra la remise des prix organisée par les Golden Globes le 10 janvier. D’ici là, Bonne Année !

Karin Tshidimba