« The Team » vise l’axe BBC (Berlin – Bruxelles – Copenhague)

« The Team » vise l’axe BBC (Berlin – Bruxelles – Copenhague)

Un couple de Syriens trouve refuge dans une maison d’hôtes tenue par des militants humanitaires au sud du Danemark, dans une région marécageuse située non loin de la frontière avec l’Allemagne. Dans leur fuite vers l’Angleterre, ils pensaient pouvoir trouver un peu de repos et de réconfort mais un homme masqué fait irruption en pleine nuit et abat les occupants de la maison. Seule Malu parvient à échapper au forcené en emportant avec elle deux frises en or massif, trésor inestimable de l’art syrien antique.

Parmi les personnes tuées, on retrouve les papiers d’une jeune ressortissante belge, disparue depuis quelques mois en Syrie. La police danoise décide de faire appel à ses collègues européens d’Allemagne et de Belgique.

Ainsi débute la saison 2 de The Team** avec la Belge Lynn Van Royen, à suivre dès ce jeudi à 20h50 sur Arte

(suite…)

Les 7 vérités: enlèvement et faux-semblants

Les 7 vérités: enlèvement et faux-semblants

seven types of ambiguity 3.jpgAvec Seven types of ambiguity** (les 7 vérités), le créateur australien Tony Ayres s’offre une variation originale sur une thématique hyper balisée : celle de la disparition d’un enfant. Car ce n’est pas l’enquête policière qui occupe le coeur de la série mais bien la façon dont l’événement est vécu par six personnes proches de l’enfant enlevé. Chacun réagit en fonction de son histoire personnelle, de ses failles et de ses doutes.

En découvrant cette riche plongée dans la psyché de six adultes aux vies très éloignées les unes des autres, on pense forcément à In treatment (En analyse) et à The Affair d’Hagai Levi, mais Tony Ayres avait déjà exploré ce type de narration dans sa précédente et percutante série The Slap (La gifle) également proposée sur Arte. Les six épisodes sont à suivre jeudi et vendredi à 20h55.

(suite…)

Quartier des banques: Secrets de famille et tensions bancaires

Quartier des banques: Secrets de famille et tensions bancaires

Quartier des banques - Laura.jpgLe secret bancaire a toujours eu « l’effet d’une baguette magique » sur la Suisse, faisant apparaître dans ses coffres des milliards venus du monde entier.
En 2008, la crise des subprimes flanque ce bel édifice par terre et frappe le pays de plein fouet; la roue tourne. Le département de justice américain demande des comptes aux banques suisses. Les banquiers se voient obligés de négocier.

Genève, premier trimestre 2012. Peu après avoir été sacré meilleur banquier privé de l’année, Paul Grangier (Vincent Kucholl) fait un malaise et sombre dans le coma. Cette surdose d’insuline est-elle due au surmenage ou est-ce une tentative de suicide ? Sa sœur Elisabeth (la comédienne belge Laura Sepul, photo) soupçonne plutôt une tentative de meurtre. Mais tout le monde la pousse à ne pas venir troubler le calme de rigueur affiché dans le Quartier des banques** . Conseil qu’elle ne va, bien entendu, pas suivre. Commence alors une périlleuse enquête dans l’entreprise familiale.

Une saga belgo-suisse à découvrir mercredi à 21h10 sur La Trois (RTBF)

(suite…)

False Flag: citoyens anonymes ou espions surentraînés ?

False Flag: citoyens anonymes ou espions surentraînés ?

false flag.jpgL’information est relayée par tous les médias. «L’enlèvement du général Farhad Suleimani, ministre de la Défense iranien, il y a deux semaines à Moscou, a été orchestré par une équipe de professionnels bien entraînés.»
La télévision russe pointe d’ailleurs sans hésiter la responsabilité du Mossad israélien, images de caméras de surveillance à l’appui.
Immédiatement, la tension internationale monte d’un cran car les pays arabes emboîtent très rapidement le pas aux Russes. Mis sous pression à leur tour, Mossad (Services secrets) et Shin Beth (Sécurité intérieure) mènent l’enquête en parallèle, mais la méfiance est de mise entre les inspecteurs et les agents des deux entités. Les documents d’identité de cinq citoyens israéliens ont été retrouvés sur les lieux. Citoyens anonymes ou espions surentraînés ? Chacun va devoir prouver sa bonne foi.

False Flag*** thriller israélien de haut vol est (enfin) à voir ce vendredi dès 20h30 sur Be Séries

(suite…)

La passion des séries s’empare de Ouagadougou

La passion des séries s’empare de Ouagadougou

marguerite abouet.jpgCe mardi, le Festival Série Series s’enracine en terre d’Afrique. Durant trois jours (27/02 au 01/03), le festival né à Fontainebleau va donner la parole aux créateurs africains et permettre au public ouagalais de découvrir 14 séries venues de toute l’Afrique, mais aussi d’autres projets venus d’Europe et du reste du monde.

Lieu de rencontres et d’échanges par excellence, Série Series Ouagadougou permettra au fil de ces trois jours d’aller à la rencontre des créateurs, d’assister aux projections de séries inédites, de discuter avec les équipes, mais aussi de suivre des masterclasses et des ateliers réservés aux professionnels : scénaristes, réalisateurs, producteurs, techniciens, etc.

Deux personnalités emblématiques ouvrent la marche de ce premier rendez-vous entièrement consacré aux séries : le comédien Issaka Sawadogo (Guyane, Maroni), créateur de la structure Africacasting, et Marguerite Abouet (photo), invitée d’honneur de cette première édition qui évoquera son parcours, entre l’écriture de bandes dessinées (« Aya de Yopougon ») et de série (C’est la vie).

(suite…)

« Occupied confronte les idéaux européens à la réalité des citoyens »

« Occupied confronte les idéaux européens à la réalité des citoyens »

occupied saison 2.jpgOccupation russe, menaces climatiques, libertés surveillées, attentats…
Dans Occupied***, thriller de politique-fiction, toute ressemblance avec la réalité est soigneusement recherchée.

Au-delà des stratégies internationales, des drames intimes et humains se jouent aussi. Au coeur de la saison 2, deux hommes, notamment, se font face, l’un est Français (Mehdi Nebbou), l’autre Norvégien (Henrik Mestad). Dans la série, ils partagent des idéaux communs mais aussi l’affection d’une femme. Rencontrés lors du tournage à Bruxelles, chacun des comédiens évoque son personnage dans la série.

Afin d’endosser le rôle du Premier ministre norvégien de la façon la plus réaliste possible, l’acteur Henrik Mestad (à droite sur la photo) a fait pas mal de recherches. « Jesper Berg a une vraie vision. Au départ, il ne veut sacrifier aucune vie humaine et régler ce problème énergétique. Mais en saison 2, il a enlevé ses gants, il est temps de se battre. C’est un homme plus dur, pas seulement politiquement, ses objectifs ont changé », confie le comédien.

« Les scénaristes sont entrés en contact avec l’ancien et le nouveau Premier ministre norvégien et nous avons un conseiller militaire à nos côtés pour plus de réalisme », précise le coréalisateur Jens Lien.

(suite…)