« Les gens me disent: on croyait que vous étiez un vrai salaud ! », confie Thibault de Montalembert

« Les gens me disent: on croyait que vous étiez un vrai salaud ! », confie Thibault de Montalembert

Sa carapace d’agent grand bourgeois un peu rigide s’est fendue au fil des épisodes… Thibaut de Montalembert nous parle de son personnage, Mathias Barneville, inspiré d’un grand agent artistique de la place parisienne et de l’impact que la série Dix pour Cent a eu sur sa vie depuis trois saisons…

(suite…)

« Dix pour cent » saison 3: l’appel de l’écran large

« Dix pour cent » saison 3: l’appel de l’écran large

La saison 3 de Dix pour Cent*** , formidable série française sur les dessous du cinéma, revient avec une nouvelle dose de fous rires, de crise d’ego et de stress en tous genres. On y croise un casting de premier plan: Jean Dujardin, Monica Bellucci, Gérard Lanvin, Béatrice Dalle, Isabelle Huppert,… Six nouvelles échappées à suivre sans tarder le mercredi à 21h sur France 2.

(suite…)

Camping: le retour rouillé de Jennifer Garner

Camping: le retour rouillé de Jennifer Garner

Kathryn (Jennifer Garner) a organisé un week-end de Camping* pour fêter l’anniversaire de son mari, le discret et très compréhensif Walter (David Tennant, parfait comme il l’était déjà dans Broadchurch). Mais ce qui devait être un formidable moment de retrouvailles entre amis de longue date tourne rapidement au fiasco car Kathryn est une gâcheuse d’ambiance professionnelle. Non contente de régenter totalement la vie de son époux et de son fils, elle a établi un programme très précis des festivités qu’elle entend suivre à la lettre. Au risque de se mettre tous les invités à dos…

(suite…)

La France va adapter la série This is US…

La France va adapter la série This is US…

Cela s’annonce comme la fausse bonne idée de l’année et les fans tremblent déjà… La série This is Us va en effet être adaptée en France sous le titre de travail Je te promets, par les scénaristes Brigitte Bemol et Julien Simonet, pour Authentic Prod, société créée par Aline Besson et Isabelle Drong.
Si le duo a obtenu l’aval des producteurs US, le diffuseur français n’est pas encore connu. Mais étant donné le succès de la série orginelle aux Etats-Unis (17 millions de fidèles pour sa saison 2, la saison 3 a débuté le 25 septembre dernier), le projet devrait rapidement trouver preneur.

(suite…)

Les bons diagnostics du « Good Doctor »

Les bons diagnostics du « Good Doctor »

Le détective Monk s’est trouvé un petit frère et il est chirurgien à l’hôpital Saint-Bonaventure de San José, en Californie. Jeune prodige de la chirurgie, Shaun Murphy y débute son internat. Son intégration est compliquée car il est atteint, comme le personnage de Monk, du syndrome d’Asperger, une forme légère d’autisme, doublée, dans le cas de Shaun, du syndrome du savant ce qui lui confère une mémoire presque absolue et une représentation spatiale extraordinaire.

Au-delà de ses qualités exceptionnelles, ses difficultés relationnelles en font aussi une personne difficile à appréhender. A son arrivée, son seul allié est le docteur Glassman (Richard Schiff), le directeur de l’établissement qui a rencontré Shaun lorsqu’il (vivait dans le Wyoming et) était âgé de 14 ans. Un jeune homme qu’il considère comme « un atout majeur pour l’hôpital au-delà de sa différence ».

Si vous ne faisiez pas partie des quelque 380 000 téléspectateurs qui ont découvert The Good Doctor* jeudi dernier sur La Une, les deux premiers épisodes sont à (re)voir sur RTBF Auvio jusqu’au 6 septembre. Vous pouvez aussi choisir de la découvrir ce mardi soir sur TF1 à 21h. De quoi être prêts pour les épisodes 3 et 4 proposés sur La Une jeudi à 20h20.

mise à jour (29/08): Avec 6,6 millions de téléspectateurs (30,7 % de PDM), TF1 s’est largement hissé en tête des audiences mardi soir avec « The Good Doctor ». Preuve que la différence séduit en télévision.

(suite…)

Who is America: Sacha Baron Cohen déshabille l’Amérique de Trump

Who is America: Sacha Baron Cohen déshabille l’Amérique de Trump

Aucune indication dans les grilles, un teaser minimaliste, ni photos en situation, ni identité des invités. La communication autour de Who is America**, la nouvelle série de Sacha Baron Cohen pour Showtime a tout de la traînée de poudre volontairement explosive… En dire le moins possible pour attirer le chaland mais aussi pour éviter les attaques a priori vis-à-vis du programme ? C’est visiblement la stratégie retenue.
Car attaques il y aura certainement et elles risquent même d’être virulentes. Il faut dire que dans sa nouvelle création, le réalisateur anglais n’y va pas par quatre chemins, pointant les errements et les raccourcis vaseux de l’Amérique selon Donald Trump. Or les personnes auxquelles s’attaque le réalisateur, rendu célèbre par son film « Borat », sont loin d’être des anonymes.

Qu’il s’agisse de membres du Congrès férocement pro-armes ou de conservateurs pur jus, ils tombent tous allègrement dans le panneau de ces provocations, trop heureux de rencontrer quelqu’un prêt à embrasser leurs convictions et même leurs contradictions. Cela donne des dialogues hallucinants qui provoqueront sans aucun doute l’hilarité mais qui font surtout froid dans le dos tant les idées proférées sont poussées à l’extrême.

Le premier des sept épisodes est à découvrir ce lundi à 21h50 sur Be1, mais aussi mardi à 20h30 sur Be Séries

(suite…)