Première soirée à Séries Mania et première réussite, d’emblée. La série Drôle*** de Fanny Herrero pour Netflix porte bien son nom et met en avant un casting diversifié et touchant. Résultat gagnant, gagnant…

C’est une belle surprise. Drôle, nouvelle série de Fanny Herrero, a ouvert le bal hier soir à Séries Mania et ses six épisodes sont déjà disponibles sur Netflix. Son quatuor de jeunes acteurs, d’emblée drôles et attachants, est la meilleure pub que la plateforme pouvait faire à l’univers en pleine ébullition du stand-up parisien. Passés plusieurs essais mitigés ou carrément gâchés (Marseille, Plan Coeur, etc), Netflix tient enfin une perle made in France d’autant plus originale qu’elle ne laisse pas la question de la diversité en berne. Il faut dire qu’elle a fait appel à la talentueuse scénariste Fanny Herrero, directrice d’écriture des premières saisons du phénomène international Dix Pour Cent.

Avec ses quatre jeunes recrues – Mariama Gueye (Aïssatou), Younès Boucif (Nezir), Elsa Guedj (Apolline), Jean Siuen (Bling) – Drôle balaie une large frange de la population française et offre un beau reflet de la génération des trentenaires décidés à se frayer une place sous les projecteurs. Elle n’oublie pas non plus d’aborder le fossé social qui creuse les inégalités entre des jeunes gens qui devraient pourtant bénéficier de chances égales. Stress, rapport à l’intime, regard des proches et angoisse de la page blanche: la série passe en revue les affres de la création. Juste et tendre, Drôle prouve qu’il n’est pas nécessaire de frimer pour briller.

Karin Tshidimba

nb: cette note initie le format de critique courte (1500 signes) conçu spécialement pour les festivals…