“Hatufim”: Violence, mensonges et manipulations

“Hatufim”: Violence, mensonges et manipulations

Hatufim S 2.jpgAu sujet d’Hatufim***, il est coutume de dire que c’est la série israélienne qui a inspiré Homeland.
C’est en effet en découvrant ce drame sur des soldats israéliens libérés après 17 années de captivité au Liban, qu’Alex Gansa et Howard Gordon ont eu l’idée de leur soldat américain possiblement «retourné» et devenu dès lors ennemi potentiel de sa propre nation.

En évoquant la série israélienne, on préfèrera toutefois le terme de « modèle » car, oui, Hatufim est bien l’idéal vers lequel tend Homeland et auquel Gansa et Gordon seraient parvenus s’ils avaient laissé de côté les actions abracadabrantes et les intrigues sentimentales complexes et souvent bancales réunies dans les dernières saisons de Homeland.

Pour s’en convaincre, il suffit de suivre la saison 2 proposée dès ce jeudi à 22h50 sur Arte.

(suite…)

Hatufim v/s Homeland: l’impossible retour des otages

Hatufim v/s Homeland: l’impossible retour des otages

hatufim S2.jpgSi The Honourable woman examine la question du processus de paix israélo-palestinien sous toutes les coutures (cf. note précédente), Hatufim*** met le doigt au plus profond de la plaie. Celle, bien vivace, qui concerne 1500 prisonniers de guerre, aujourd’hui encore en Israël. Un problème aigu, pourtant enfoui sous de nombreux tabous.

Dès la 1e saison de ce thriller intimiste à l’ampleur nationale, Gideon Raff, son créateur et inspirateur de la série Homeland, insistait sur la nécessité de combattre la notion vaine du «happy end». Il souhaitait mettre en lumière une réalité taboue en Israël :« la façon dont sont traités les prisonniers de guerre quand ils rentrent de captivité et le stress post-traumatique dont ils souffrent. Revenir est parfois plus dur que d’être emprisonné” soulignait-il à contre-courant.

En découvrant le vécu de Nimrod et d’Uri, libérés après 17 années passées dans des geôles sordides, on ne pouvait guère en douter. Et les 10 épisodes de la saison 1 permettaient de mesurer le fossé qui s’était creusé entre eux et leurs «proches» au fil des tortures et des privations.

(suite…)

« Hatufim » sonde l’âme des rescapés de la guerre

« Hatufim » sonde l’âme des rescapés de la guerre

hatufim.jpgOn a déjà causé, ici même, de cette série israélienne qui a largement inspiré la trame d’Homeland. Son créateur, Gideon Raff a même travaillé à son adaptation aux Etats-Unis avec Alex Gansa et Howard Gordon.
Dès jeudi, vous pourrez la regarder en toute légalité car Arte la programme à 20h50, du 9 mai au 6 juin. Un drame choc mais salutaire sur la délicate sortie de l’enfer.

Après 17 ans de déni, de négociations tatillonnes et d’attente interminable, trois prisonniers israéliens sont enfin extraits de leurs geôles au Liban. Un bonheur incomparable pour les familles et le pays qui accueille ses enfants en héros. Mais la bonne volonté de tous suffira-t-elle? Arrivés tout jeunes adultes sur le front, les voici de retour à l’aube de la quarantaine, affaiblis, hésitants et peinant à réagir autrement qu’en animaux traqués. Hatufim*** retrace leur histoire.

(suite…)

Aux origines d’Homeland: « Hatufim », drame intimiste

Aux origines d’Homeland: « Hatufim », drame intimiste

Hatufim.jpgAlors que la battle des séries approche à grands pas (dimanche 20h, pour ceux qui ne s’en souviendraient pas), penchons-nous sur les origines d’Homeland*** après celles de Game of Thrones.
Dans la série, Damian Lewis, sur le fil, campe un soldat et père de famille visiblement ravagé par des années de mauvais traitements, libéré après 8 années de captivité en Irak. Et malgré la douleur et les stigmates, on ne peut s’empêcher de s’interroger : quel a été le prix à payer pour avoir la vie sauve ?

Cette hypothèse des «soldats retournés» par l’ennemi, pour devenir des terroristes dans leur propre patrie, est très loin d’être centrale dans la série originelle, Hatufim qui a pourtant inspiré la création d’Howard Gordon et Alex Gansa.

(suite…)

Howard Gordon, l’homme derrière Homeland

Howard Gordon, l’homme derrière Homeland

howard gordon.jpgIl a fait ses armes de jeune scénariste en 1993 et 1997 sur « X-Files » et « Buffy contre les vampires ».
En 2001, il fait partie de l’équipe de « 24 heures chrono », série dont il a été l’un des scénaristes, durant les 8 ans qu’a duré le show, et le showrunner (responsable de tous les choix artistisques) des dernières saisons.
Lancée en 2011, « Homeland » vient d’achever sa deuxième saison aux USA. Une troisième est déjà en préparation.
En 2012, il s’attache au destin d’« Awake », série avec Jason Isaacs, qui n’a pas eu le même succès et n’a duré qu’une seule saison.

En 2013, il devra se partager entre trois nouveaux projets: « Anatomy of violence” avec Alex Gansa, série adaptée du livre d’Adrian Raine (CBS); “Tyrant” où il retrouve Gideon Raff, créateur israélien de “Hatufim”, la série qui a inspiré “Homeland”. Avec lui, il va développer cette série qui suit une famille américaine, coincée dans un pays du Moyen-Orient en pleine émeute, pour la chaîne FX. Enfin, dans son projet “Legends”, le comédien Sean Bean campera un agent caméléon de la CIA, pour la chaîne TNT.
Au terme de cette année, le nom d’Howard Gordon ne sera donc plus ignoré du grand public…

Rencontré en juin dernier dans le cadre du Festival de Monte-Carlo – avant le lancement de la saison 2, donc – Howard Gordon a détaillé les questions posées par la série.
Pour rappel: Be séries entame la diffusion de la saison 1 ce samedi à 20h45. 

(suite…)