Une bouffée d’oxygène budgétaire pour les séries belges

Une bouffée d’oxygène budgétaire pour les séries belges

En arrivant ce lundi à la RTBF, Sylvie Coquart-Morel, nouvelle responsable Fiction à la RTBF, a trouvé sur son bureau une jolie pile de projets à éplucher, encadrer, encourager. Mais elle a aussi, désormais, une belle épine hors du pied.
Juste avant son entrée en fonction, la délicate question des budgets à allouer aux productions de séries belges a enfin été tranchée.
Si la part investie par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) ne varie pas, en revanche, celle d’autres investisseurs (Proximus, Tax Shelter, Wallimage, etc.) a été revue à la hausse, offrant à tous les producteurs en lice un bon bol d’air.

(suite…)

Stéphanie Blanchoud, cinq mois dans les pas de l’Ennemi Public

Stéphanie Blanchoud, cinq mois dans les pas de l’Ennemi Public

Ennemi public chloé.jpgAussi marquant que le regard perçant d’Angelo Bison, il y a la discrétion de Stéphanie Blanchoud. Légèrement en retrait, la comédienne observe ses partenaires de jeu qui plaisantent.
Vincent Londez évoque sa « propension naturelle à incarner un boulet tel que Vincent » Stassart et Clément Manuel sa croisade pour « obtenir le rôle de Lucas », décrit par le réalisateur et scénariste Matthieu Frances « comme une sorte d’Obi-Wan Kenobi » chez les moines.

N’est-ce pas son côté taiseux qui rapproche le plus la comédienne du personnage de Chloé Muller dans Ennemi Public ?

« Je suis quelqu’un d’assez réservé, c’est vrai, je suis plutôt dans l’observation. J’ai ce côté sauvage comme Chloé. On me dit souvent que je suis dans mon monde. J’ai un côté assez cash et animal qui doit être commun avec elle. Mais sur le plateau, j’étais aussi très concentrée parce que cela allait très vite. Cela donne cette impression d’être réservée. Une fois que je mettais sa veste et ses baskets, je devenais Chloé. Quand j’endosse le costume, c’est comme cela. »

Le dernier rendez-vous avec la série belge est fixé ce dimanche à 20h50 sur La Une.

(suite…)

Angelo Bison, les yeux noirs d’Ennemi public

Angelo Bison, les yeux noirs d’Ennemi public

Ennemi public 7.jpgJeans, sweat-shirt à capuche et sac à dos, Angelo Bison n’a rien d’inquiétant lorsqu’il s’attable face à son espresso. Pourtant lorsqu’il ne sourit pas, son regard ramène à la surface le Béranger d’ Ennemi public
Un personnage dont la seule présence électrise la série belge au parfum de western où l’on croise des habitués des  séries (Clément Manuel, Vincent Londez) mais aussi du cinéma (Stéphanie Blanchoud, Jean-Jacques Rausin, Laura Sépul, Olivier Bonjour) et une nombreuse troupe d’acteurs venus du théâtre (Philippe Jeusette, Jean-Claude Dubiez, Daniel Hanssens,…) comme Angelo Bison.  

« La crainte que j’avais, c’était que les gens ne dissocient pas le personnage et le comédien. J’ai été agréablement surpris. Généralement, les gens me félicitent et ils me disent que je leur fais vraiment peur. Ni regards agressifs, ni insultes. Je m’attendais à ce qu’ils se demandent : comment peut-il accepter de jouer ce rôle ? Cela m’est déjà arrivé au théâtre, les gens étaient véhéments. Je me suis fait agresser verbalement après ‘Blackbird’ », pièce complexe et sensible sur un détournement de mineure. Dans le rôle de Béranger, le comédien endosse à nouveau une personnalité extrême qui lui a valu les honneurs du Festival Séries Mania, à Paris

(suite…)

Ennemi Public, comme La Trêve, sera diffusé sur la VRT

Ennemi Public, comme La Trêve, sera diffusé sur la VRT

ennemi public - duo flics.jpgDécidément, la vie est belle pour les séries et créateurs belges. La bonne nouvelle est tombée ce matin.
Tout comme La Trêve, la série Ennemi Public vient en effet d’être achetée par la VRT, chaîne publique flamande.
Le contrat a été signé officiellement hier soir et la série sera diffusée à la rentrée au Nord du pays. Un succès de plus à mettre au crédit des jeunes auteurs et réalisateurs soutenus par le Fonds des séries belges mis en place par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

(suite…)

Ennemi Public révèle le cauchemar des Belges

Ennemi Public révèle le cauchemar des Belges

ennemi public trio.jpgL’arrivée de Guy Béranger, criminel tristement célèbre, dans la petite abbaye de Vielsart déchaîne les passions de la population locale. L’inspectrice Chloé Muller (Stéphanie Blanchoud) est chargée de l’accompagner et d’assurer son «encadrement» durant sa période d’essai. L’idée divise aussi les moines qui se seraient bien passés de cette mauvaise publicité. Seul Frère Lucas (Clément Manuel) veut croire à une possible rédemption. Mais la disparition de la petite Noémie va mettre le feu aux poudres.

Le 3 avril dernier, Ennemi Public*** recevait le premier prix coup de coeur des MipDrama awards décerné au MipTV à Cannes, un prix qui soulignait l’audace de cette jeune équipe de scénaristes ayant choisi de s’inspirer d’un sujet on ne peut plus sensible en Belgique : la libération conditionnelle de Michelle Martin, complice et ex-femme de Marc Dutroux.

Transformée, l’histoire devient celle de Béranger (Angelo Bison), ex-tueur d’enfants qui, au terme de sa peine de prison, demande à être accueilli à l’abbaye de Vielsart en tant que novice. Fureur de la population qui ne veut pas voir l’ex-ennemi public s’installer sur ses terres et refuse de devenir le «village du monstre». Sur cette trame ultrasensible viennent s’ancrer les peurs et les fantasmes qui surgissent lorsque l’enfance semble menacée. Chaque personnage est appelé à se positionner face à ce qui apparaît comme le plus grand des défis.

La catharsis commence ce dimanche à 20h50 sur La Une mais aussi, parallèlement, en salle à l’UGC Toison d’Or (Bxl) dès 19h.

(suite…)