Quatre séries belges par an, sinon rien

Quatre séries belges par an, sinon rien

à tort ou à raison.jpg« Trouver la prochaine Birgitte Nyborg (“Borgen”) wallonne. Créer un rendez-vous systématique avec le public en Wallonie et à Bruxelles.” Ce sont les objectifs de la création de ce fonds pour le développement et la production des séries belges, présenté mercredi à Reyers. Les premiers fruits en sont attendus en novembre 2014.

Ce mercredi, la Fédération Wallonie- Bruxelles et la RTBF ont en effet annoncé leur intention de consacrer des moyens financiers annuels (2,786 millions en tout) afin de pérenniser le développement et la production de séries belges. Elles rivaliseront avec A tort ou à raison (photo) dont la saison 2 est attendue à la rentrée.

« Ce n’est pas un repli sur soi ou une fermeture, insiste Bernadette Wynants, présidente du Conseil d’administration de la RTBF. C’est un appel d’air pour tous nos créateurs : scénaristes, réalisateurs, acteurs, et un soutien concret qui participe du dynamisme du secteur audiovisuel.”

(suite…)

Projets immobiliers, corruption et évasion: deux nouvelles séries belges en écriture

Projets immobiliers, corruption et évasion: deux nouvelles séries belges en écriture

Début mars, deux nouveaux projets ont été choisis par le Fonds des séries belges. Rébellion et Exit seront donc soutenus financièrement par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le premier projet bénéficiera en outre de l’expertise du scénariste français Frédéric Krivine (Un village français).

(suite…)

Fauda, Hatufim, Our Boys: l’ADN décrypté des séries israéliennes

Fauda, Hatufim, Our Boys: l’ADN décrypté des séries israéliennes

Un territoire de neuf millions d’habitants, 120 sociétés de production, 200 heures de fiction TV produites chaque année et des pluies de récompenses à la clé. Comment s’explique le succès des séries israéliennes (Fauda, Hatufim, In Treatment, Our Boys) à l’international ? Petit tour en coulisses à Tel Aviv

(suite…)