Golden Globes 2017 : Le triomphe de la couronne et de la loi

Golden Globes 2017 : Le triomphe de la couronne et de la loi

the crown.jpgLe moins que l’on puisse écrire est que les pronostics de la 74e édition des Golden Globes ont été largement déjoués et que la promotion 2017 a parié sur la grande classe mais aussi le classicisme de certains récits (The Crown, The Night manager) plutôt que sur l’audace et le caractère imprévisible de nouveaux univers (Westworld, Stranger Things).

Autre fait notable de la cérémonie qui s’est déroulée la nuit dernière aux Etats-Unis : HBO est repartie les mains vides pour la première fois depuis bien longtemps malgré des prétendants de 1er plan…

Côté dramas, on attendait Westworld mais il n’a pas remporté le moindre trophée. The Crown (photo), le biopic de Netflix qui présente la jeunesse de la reine Elisabeth II, s’est également imposée face à Stranger Things et This is us, deux séries chéries des internautes. Portée par son impeccable interprète Claire Foy et par le charisme de John Lightgow dans le rôle de Sir Winston Churchill.

(suite…)

The Crown: les 60 nuances d’un règne

The Crown: les 60 nuances d’un règne

the crown affiche.jpgL’affiche est en partie trompeuse : fourrure immaculée et tenues de soirée ne sont là que pour planter le décor. Voire même le decorum.
Le sujet de The Crown*** est ailleurs : la série, lancée le 4 novembre par Netflix, sonde la vie d’Elizabeth née Windsor, épouse Mountbatten, pour y mesurer en quoi l’accession au trône l’a bouleversée à jamais.

The Crown est donc l’histoire d’une transformation : celle d’une jeune femme discrète et réservée qui rêvait de vivre à la campagne avec son mari impulsif et drôle et leurs deux enfants, entourée de chiens et de chevaux, les deux maillons de sa grande passion. La série relate l’apprentissage un peu austère d’un métier souvent ingrat et d’une fonction où il importe avant tout de ne pas faire de vagues et de tenir sa place et son rang.

Connaissant bien le sujet, Peter Morgan qui s’est déjà penché à plusieurs reprises sur l’histoire des monarques britanniques – notamment avec The Queen et Deux soeurs pour un roi -, mêle savamment faits historiques et privés pour révéler une personnalité. La jeune Elizabeth est une souveraine prête à tout sacrifier, ou presque, pour être à la hauteur des espoirs placés en elle. Au fil des épisodes, on apprend donc à déceler les 60 nuances du silence d’une reine, des silences intenses et pleins d’éloquence. Le jeu millimétré de Claire Foy permet de mesurer le chemin parcouru par une jeune femme qui a soudainement vu tous les regards converger vers elle.

(suite…)