The Halcyon: un palace sous les bombes

Ambiance jazzy chic, smokings et robes de soirée: tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes lorsqu’on découvre l’univers du palace 5 étoiles, The Halcyon**, au cours de la soirée saluant son 50e anniversaire. Du moins est-ce l’image que son personnel se plaît à entretenir auprès de sa clientèle noble et fortunée alors que partout ailleurs la guerre fait rage.

Offrir un havre de paix et de félicité (frivolités, penseront certains) à ses habitués dans l’endroit le plus sûr de Londres, c’est le combat de Richard Garland (Steven Mackintosh), gestionnaire des lieux pour le compte de son riche propriétaire, Lord Hamilton. Tandis que les réunions secrètes ou diplomatiques s’y multiplient, le seigneur des lieux y abrite aussi ses maîtresses, au grand dam de Lady Hamilton (au centre sur la photo), bien moins aveugle qu’il ne voudrait le croire…

Une série à suivre le dimanche à 20h50 sur La Une.

Au séisme personnel que l’on pressent s’ajoute un contexte politique de plus en plus instable alors que, depuis mai 1940, le Royaume-Uni est soumis à la loi du Blitz: restrictions, terreur et bombardements quotidiens de la Luftwaffe, l’aviation allemande.

Parfum de soap sur fond de (Seconde) guerre mondiale : c’est l’autre point commun avec la série Downton Abbey, dont The Halcyon s’inspire clairement pour son observation des relations tissées entre noblesse et personnel de l’hôtel.

Le contexte historique et le soin apporté au décor et aux costumes donnent tout son intérêt à cette reconstitution, imaginée par Charlotte Jones, qui manque parfois singulièrement de piquant.
Dommage car c’est tout le sel d’une série chorale (portée par Hermione Corfield, Olivia Williams, Jamie Blackley et Edward Bluemel): proposer des personnages dont la singularité marque les esprits. Tels les jumeaux Tobby et Freddie Hamilton, le cadet mal aimé et le brillant aîné ; le journaliste américain Joe O’Hara ; Richard Garland et sa fille Emma, ou le commis de cuisine venu d’Autriche…

Malgré un joli souffle romanesque et de bonnes audiences (6 millions de fidèles en moyenne outre-Manche début 2017), la chaîne ITV a annulé la série au terme de sa première saison.
Les habitués de l’Hôtel Halcyon ne pourront donc pas y retourner au terme des huit premiers épisodes. Une énorme déception pour l’équipe qui avait déjà commencé à écrire la saison 2 et en planifiait trois autres (jusqu’à la fin de la guerre).
La recherche d’un nouveau diffuseur s’est soldée par un échec.

KT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *