A sa mort, ses quatre belles-sœurs, qui le détestaient cordialement, semblent bien trop soulagées pour être innocentes. Clan, c’est l’histoire d’un succès qui ne se dément pas, d’un récit à l’humour noir assumé qui a conservé toute sa verve et son mordant au fil des ans. L’irrésistible série belge est à voir sur Arte.tv dès le 12/07

Dans la famille Goethals, on ne badine pas avec la notion de fratrie. Le décès de leurs parents a soudé Goele, Bekka, Bibbi, Veerle et Eva comme les cinq doigts de la main. Impossible de s’en prendre à l’une d’entre elles sans avoir immédiatement les quatre autres sur le dos. Or depuis quelque temps déjà, les quatre aînées sont excédées par la bêtise, le sadisme et la radinerie de Jean-Claude, leur beau-frère semblant devenir chaque jour un peu plus raciste, manipulateur, étouffant et mesquin.

Lorsque ce dernier décède, les quatre belles-soeurs cachent mal leur absence de tristesse. Tant et si bien que les frères Dewitt chargés de vérifier si les conditions sont remplies pour verser à Goedele le montant de l’assurance vie contractée par son défunt mari finissent par avoir des soupçons…

« Clan »: Les soeurs de Goele semblent bien peu affectées par le décès de leur beau-frère. Sont-elles vraiment innocentes ?

Une fois n’est pas coutume : l’enquête n’est pas menée par de véritables policiers mais la vie de Goele et de ses soeurs est bien passée au peigne fin, engendrant un stress croissant et une attention de tous les instants. Plus les jours passent, plus les enquêteurs réalisent que chacune des soeurs avait une excellente raison de vouloir se débarrasser de l’insupportable Jean-Claude…

Entre humour noir et enquête criminelle, Clan maintient son suspense au fil de dix épisodes ancrés dans le quotidien d’une petite ville flamande ordinaire où Goedele brille par sa réputation d’épouse dévouée, bien sous tous rapports et quasiment irréprochable.

Un succès international

Le succès de Clan doit tout à son ton unique, délicieux mélange de vacherie et de secrets inavouables, à sa galerie de personnages aussi irrésistibles qu’originaux. Le scénario rocambolesque, mêlant fausses pistes et flash-backs, a été écrit par Malin-Sarah Gozin et Bert Van Dael. Et mis en oeuvre par un fameux duo de réalisatrices : Nathalie Basteyns et Kaat Beels, (futures) créatrices de la série Beau Séjour. Une autre histoire de deuil et d’enquête particulièrement inattendue qui a connu un succès international retentissant en 2017 grâce à sa sélection par le Festival Séries Mania et sa diffusion en France sur Arte.

Plus récemment, les deux créatrices ont également présidé au destin de la formidable série Lost Luggage abordant la question du stress post-traumatique affronté par les survivants de l’attentat de Zaventem. Preuve de leur finesse et de leur dextérité lorsqu’il s’agit d’aborder le territoire mouvant des relations humaines.

« Bad sisters »: transposition irlandaise de la série belge « Clan » à l’humour noir mordant.

Longtemps pressentie pour être transposée aux États-Unis par la chaîne A&E, la série Clan a finalement été adaptée en Irlande sous le titre Bad Sisters. Une version datant de 2022 réalisée, entre Londres et Dublin, par Sharon Horgan, à voir sur AppleTV+.

Karin Tshidimba

Clan Apprenties meurtrières Création Malin-Sarah Gozin Réalisation Nathalie Basteyns, Kaat Beels Avec Inge Paulussen, Maaike Neville, Barbara Sarafian, Kristine Van Pellicom, Ruth Becquart, Dirk Roofthooft Sur Arte.tv Dès le 12/07 (10 x 52’)