State of Happiness: chronique norvégienne des débuts du pétrole en Mer du Nord

State of Happiness: chronique norvégienne des débuts du pétrole en Mer du Nord

state of happiness.jpgNon, les pays nordiques ne produisent pas que des thrillers. La preuve avec la série State of Happiness qui nous emmène dans un petit village de pêcheurs sur la côte norvégienne Stavanger.

Pour les ouvriers de la conserverie, unique entreprise de la ville, la situation se dégrade en raison de la pénurie de poissons de plus en plus sensible en Mer du Nord. Au large, de nombreuses compagnies pétrolières internationales font des forages, jusqu’ici sans succès. Pourtant, en cette fin d’année 1969, un événement va considérablement modifier le quotidien de cette petite communauté calme et très croyante, aux allures rurales…

« C’est une histoire sans meurtre » et au départ, la productrice Synnøve Hørsdal ne cache pas que ce ne fut pas facile de convaincre des partenaires de s’y impliquer. Mais avec de la patience et du temps, elle est y parvenue. La réponse du public, rassemblé mardi midi dans l’auditorium Lumière cannois, a dû la rassurer sur la qualité de son intuition. Oui, cette histoire d’une petite communauté transformée par la découverte soudaine de pétrole, parle au plus grand nombre et a même des accents universels.

Loin du « Nordic Noir », la NRK a présenté ce drama d’époque lors de la compétition du Festival CanneSéries.

mise à jour (11/04): State of Happiness a reçu le prix du meilleur scénario et de la meilleure musique, ce mercredi soir à Cannes.

(suite…)

Bankerot: cauchemars en cuisine

Bankerot: cauchemars en cuisine

bankerot 2.jpgThomas (Martin Buch) doit se ressaisir s’il ne veut pas perdre la garde de son fils, Niklas. Depuis la mort de sa femme Rie, décédée dans un accident de la route, il s’est laissé sombrer, incapable de venir en aide à son fils devenu mutique. Tous deux habitent dans une bâtisse à peine salubre et vivent de la revente d’appareils électroménagers usagés.
Inquiète, la psychologue de l’école menace Thomas de faire appel aux services sociaux pour vérifier ses aptitudes paternelles. Or son fils de 9 ans est tout ce qui lui reste… Thomas décide donc de reprendre le chemin de son groupe de parole où il croise la route de l’étonnante Hannah (Rikke Louise Andersson)…

La sortie de prison de son pote Dion (Esben Dalgaard Andersen) va bousculer la donne, réveillant le rêve de restaurant que tous les deux avaient enfoui au plus profond d’eux-mêmes. Bankerot** conte les espoirs et déboires de ces deux potes fauchés mais gastronomes. Une aventure à l’humour noir et grinçant à suivre ce jeudi dès 20h55 sur Arte.

(suite…)

Occupied saison 2 : la géopolitique en action

Occupied saison 2 : la géopolitique en action

DSCF7730.jpgLe Premier ministre norvégien Jesper Berg est en fuite. Six mois après les événements dramatiques qui avaient marqué la fin de la première saison de la série Occupied**, il tente d’échapper à ses poursuivants russes et à Interpol.

Illustrant les périls rencontrés par la démocratie lorsque ses fondements sont remis en cause, la série norvégienne toujours coproduite par Arte s’est notamment tournée au coeur de l’Europe… Un tournage d’une vingtaine de jours qui est passé par Bruxelles.
Entre château de la Hulpe, vue sur les toits anversois et sur le Cinquantenaire bruxellois (photo), les clins d’oeil belges n’y manquent pas. Petit tour en coulisses… avant la projection des 2 premiers épisodes de cette nouvelle saison, le 22 avril prochain dans le cadre du Festival Séries Mania.

(suite…)

Meurtres polaires, enquêtes glaciaires

Meurtres polaires, enquêtes glaciaires

Fortitude.jpgDifficile à croire lorsque l’hiver impose ses températures négatives et ses vastes champs d’obscurité : l’excès de luminosité peut rendre fou. C’est ce que l’on découvre dans Jour polaire*** lors de l’enquête que l’inspectrice Kahina Zidi mène en Suède au fil de longs jours sans sommeil. Tandis qu’elle se débat sous le soleil de minuit avec une enquête qui semble cibler la population samie – minorité peu visible en Laponie -, l’un de ses confrères se retrouve pris au piège du cercle arctique dans la petite ville de Fortitude**. Où l’on découvre qu’en matière de « froid polaire », nous avons encore beaucoup de « progrès » à faire sous nos latitudes…

Arte lance « Fortitude » thriller nordique mâtiné de fantastique, ce jeudi à 23h05 à l’heure où Be TV reste sous l’emprise de Jour polaire avec Leïla Bekhti. Nous avons cherché à répertorier les repères semés dans la neige…

(suite…)

Norskov: peu de feu sous la glace

Norskov: peu de feu sous la glace

norskov 4.jpgUn quartier éco-résidentiel, un nouveau lycée, des emplois : grâce à son vaste projet immobilier, la ville danoise de Norskov** se projette dans un avenir radieux. C’est du moins l’opinion de son maire, Martin Kierkegaard. Mais, soudain les nuages s’amoncellent : une nouvelle drogue menace de décimer la jeune génération. Se procurer de la drogue est en effet « devenu aussi simple que de commander une pizza », la police doit y mettre bon ordre si la ville ne veut pas perdre le financement de son projet urbanistique.

Pour parvenir à endiguer ce fléau, la ville fait appel à un spécialiste des trafics de stupéfiants venu de Copenhague, Tom Noack (Thomas Levin vu dans Borgen), homme discret et sensible.
Ancien de Norskov, il croise son ex-petite amie et ses anciens potes au fil de son enquête – à suivre le jeudi sur Arte -, mais ses découvertes pourraient bouleverser les habitants de la ville portuaire.

(suite…)

Arte s’affirme en mode explorateur

Arte s’affirme en mode explorateur

manon 20 ans.jpgDans un univers largement dominé par les séries policières, Arte cultive sa différence : « diversité de tons et progression hors des codes, en misant avant tout sur les enjeux humains « . Des choix qui s’imposent tant dans ses productions propres que dans ses achats ou ses coproductions de séries, comme l’a rappelé Olivier Wotling, son directeur de la fiction lors du récent Festival de La Rochelle.

Depuis sa création, la chaîne culturelle est celle qui, avec Canal+, pousse le plus la création française à se dépasser. 3 x Manon, Ainsi soient-ils, P’tit QuinquinTrepalium : ancrées dans le futur ou dans notre quotidien, ces fictions  soignent leur narration et placent l’homme au centre de leurs préoccupations.

(suite…)