Stéphanie Blanchoud (Ennemi Public) : « La boxe et la chanson m’aident en tant que comédienne »

Stéphanie Blanchoud (Ennemi Public) : « La boxe et la chanson m’aident en tant que comédienne »

« Je suis un poids plume » annonce l’affiche du spectacle et cette image correspond bien à l’idée que l’on se fait de Stéphanie Blanchoud, actrice, auteure et chanteuse, révélée sur le petit écran par son rôle dans Ennemi Public. L’occasion de parler avec elle de ce que chacun de ses trois métiers apporte à l’autre. Entretien (+ vidéo).

(suite…)

La saison 2 d’Ennemi Public sonde les blessures enfouies de Chloé

La saison 2 d’Ennemi Public sonde les blessures enfouies de Chloé

La salle de cinéma était pleine, lundi soir à Bozar, pour découvrir les deux premiers épisodes de la saison 2 d’Ennemi Public dans le cadre du festival Are You Series? Une opportunité à ne pas manquer d’autant que la patience des fans de la série belge sera encore mise à rude épreuve avec une diffusion qui ne devrait pas démarrer avant février 2019 à la RTBF.

(suite…)

« Ennemi Public »: les nouveaux enjeux de la saison 2

« Ennemi Public »: les nouveaux enjeux de la saison 2

ennemi_public_ambiance_tournage.jpgAvec sa colline perdue dans la brume et l’atmosphère irréelle que lui confère le brouillard, Alle-sur-Semois a des faux airs de Twin Peaks en plein hiver. Entendons-nous, la petite localité est parfaitement accueillante avec ses deux boucheries artisanales, spécialisés dans les cochonnailles, sa taverne-restaurant chaleureuse «Au Roy de la bière» et son magasin Spar aux étalages richement dotés.
Mais ce petit coin de Belgique, perdu dans la pluie ou sous la neige dès la fin du mois de novembre, offre un écrin idéal à la série Ennemi Public produite par la RTBF et Entre chien et Loup. Avec ce mélange de désolation et de mélancolie qui nimbe d’ordinaire l’Ardenne en hiver.

Comme l’abbaye emblématique vue dans la saison 1, le village était tout à fait partant pour reprendre l’aventure. L’équipe a pu s’y établir à sa guise, installant son travelling dans les rues et sur le pont, déviant la circulation, alignant ses camions de matériel sur la place ou faisant fermer l’épicerie pour un tournage en après-midi. C’est là que nous avons retrouvé un Patrick Stassart endetté et passablement secoué par la douloureuse révélation de la fin de la saison 1…

(suite…)

Stéphanie Blanchoud, cinq mois dans les pas de l’Ennemi Public

Stéphanie Blanchoud, cinq mois dans les pas de l’Ennemi Public

Ennemi public chloé.jpgAussi marquant que le regard perçant d’Angelo Bison, il y a la discrétion de Stéphanie Blanchoud. Légèrement en retrait, la comédienne observe ses partenaires de jeu qui plaisantent.
Vincent Londez évoque sa « propension naturelle à incarner un boulet tel que Vincent » Stassart et Clément Manuel sa croisade pour « obtenir le rôle de Lucas », décrit par le réalisateur et scénariste Matthieu Frances « comme une sorte d’Obi-Wan Kenobi » chez les moines.

N’est-ce pas son côté taiseux qui rapproche le plus la comédienne du personnage de Chloé Muller dans Ennemi Public ?

« Je suis quelqu’un d’assez réservé, c’est vrai, je suis plutôt dans l’observation. J’ai ce côté sauvage comme Chloé. On me dit souvent que je suis dans mon monde. J’ai un côté assez cash et animal qui doit être commun avec elle. Mais sur le plateau, j’étais aussi très concentrée parce que cela allait très vite. Cela donne cette impression d’être réservée. Une fois que je mettais sa veste et ses baskets, je devenais Chloé. Quand j’endosse le costume, c’est comme cela. »

Le dernier rendez-vous avec la série belge est fixé ce dimanche à 20h50 sur La Une.

(suite…)

Angelo Bison, les yeux noirs d’Ennemi public

Angelo Bison, les yeux noirs d’Ennemi public

Ennemi public 7.jpgJeans, sweat-shirt à capuche et sac à dos, Angelo Bison n’a rien d’inquiétant lorsqu’il s’attable face à son espresso. Pourtant lorsqu’il ne sourit pas, son regard ramène à la surface le Béranger d’ Ennemi public
Un personnage dont la seule présence électrise la série belge au parfum de western où l’on croise des habitués des  séries (Clément Manuel, Vincent Londez) mais aussi du cinéma (Stéphanie Blanchoud, Jean-Jacques Rausin, Laura Sépul, Olivier Bonjour) et une nombreuse troupe d’acteurs venus du théâtre (Philippe Jeusette, Jean-Claude Dubiez, Daniel Hanssens,…) comme Angelo Bison.  

« La crainte que j’avais, c’était que les gens ne dissocient pas le personnage et le comédien. J’ai été agréablement surpris. Généralement, les gens me félicitent et ils me disent que je leur fais vraiment peur. Ni regards agressifs, ni insultes. Je m’attendais à ce qu’ils se demandent : comment peut-il accepter de jouer ce rôle ? Cela m’est déjà arrivé au théâtre, les gens étaient véhéments. Je me suis fait agresser verbalement après ‘Blackbird’ », pièce complexe et sensible sur un détournement de mineure. Dans le rôle de Béranger, le comédien endosse à nouveau une personnalité extrême qui lui a valu les honneurs du Festival Séries Mania, à Paris

(suite…)