Auréolée d’un retentissant succès critique, la mini-série Chernobyl est à découvrir à partir de ce lundi à 20h30 sur Be tv, un morceau d’histoire haletant, incandescent, relaté avec brio par Sky et HBO

Douze millions de personnes ont regardé Chernobyl diffusée sur HBO en mai dernier. Ce qui en fait la mini-série la plus suivie depuis Band of Brothers. Rien d’étonnant à cela : 33 ans après la catastrophe, survenue le 26 avril 1986, rien n’est oublié. Les frissons sont même décuplés en la découvrant à travers les yeux de ceux qui l’ont vécue de près. On a beau être prévenus, cette découverte est un choc. Un choc qui met tous vos sens en éveil. Il n’y a guère que l’odeur qui ne parvient pas jusqu’à nous. Tout le reste semble imprégner l’écran : les lueurs dans la nuit, le bruit des flammes dévorant la centrale et des lances à incendie semblant aussi dérisoires que des jets d’eau.

Face à l’horreur constatée, les premiers ouvriers de la centrale nucléaire sont restés incrédules et bouche bée, c’est la raison pour laquelle les scènes sans parole se succèdent. Personne ne trouve les mots pour qualifier l’effroi qui les a tous envahi. Tous ? Non, le directeur Diatlov croit savoir tout mieux que tout le monde et pense qu’il suffit de s’en tenir au protocole pour gérer cette « crise ».

Un récit haletant et glaçant

Cette sobriété, à l’image et au son, est la première grande qualité de la mini-série produite par l’américaine HBO et la britannique Sky. Une reconstitution impressionnante qui évite soigneusement tout pathos, en restant rivée à hauteur humaine auprès de tous ceux qui ont lutté, au risque de leur vie, pour dévier ou endiguer le cours des événements.  Ce sont le pompier Vassili et sa femme, le professeur Legasov (Jared Harris) et sa collègue Ulana Khomyuk (Emily Watson) qui sont nos guides au cœur de ce qui constitue, alors, la plus grande catastrophe nucléaire jamais vécue sur terre. Le récit qui en découle est d’autant plus prenant que les effets de cette catastrophe majeure se font toujours sentir aujourd’hui et qu’on découvre à quel point les conséquences auraient pu être bien pires encore…

Entre propagande, incrédulité et incompétence, les autorités politiques refusent d’abord de voir la réalité en face et menacent, par conséquent, la vie de millions de personnes. Il faudra attendre que les Suédois perçoivent les premières radiations pour qu’enfin les Soviétiques admettent la réalité : le réacteur de la centrale de Tchernobyl a explosé.

Un récit en réalité augmentée

Tournée à Vilnius, en Lituanie, la série, en 5 épisodes, est portée par Jared Harris (vu dans Mad Men ), Stellan Skarsgard (River) et Emily Watson (Le mari de la ministre ). Tous les trois campent des personnages emblématiques ou fictifs (pour la dernière) qui permettent de (re) vivre l’Histoire au plus près de sa dimension humaine.

Résumer le déroulement de deux années en cinq heures a demandé de « prendre quelques libertés avec la vérité des faits », reconnaît le créateur Craig Mazin qui a souligné que si le personnage d’Ulana n’a pas existé en tant que tel, il est à la jonction de différents parcours de femmes scientifiques qui ont effectivement travaillé sans relâche afin de réduire l’impact de cette catastrophe humaine et écologique majeure.

Face au succès de la série HBO, la réplique n’a pas tardé : la Russie a fait savoir qu’elle terminait en ce moment même une série qui livrera sa version du déroulement de l’accident nucléaire dans lequel les Américains seraient impliqués. Il y sera question d’agent de la CIA et de contre-espionnage…
Pas sûr que cela change quoi que ce soit à l’aura de la mini-série HBO qui a recueilli le meilleur score critique de l’histoire des séries sur le site IMDB : 9,6/10, devant Breaking Bad (9,5) et Game of Thrones (9,4).

Le succès est tel qu’il a lancé la mode du selfie sur fond de centrale nucléaire, un loisir aussi imbécile que dangereux car 33 ans après la catastrophe, les enfants des personnes irradiées continuent à présenter des taux de radiation insensés…

Karin Tshidimba

nb: la bande annonce était déjà dispo ici