Avec Transparent, Amazon accède aux Golden Globes

Avec Transparent, Amazon accède aux Golden Globes

transparent.jpgDans un mois très exactement aura lieu à Los Angeles, la 72e édition des Golden Globes.
Une cérémonie qui récompense parallèlement le meilleur du petit et du grand écrans. Les nominations ont été rendues publiques ce jeudi après-midi, vous en trouverez la liste complète ci-dessous.

Fait notable: Amazon, productrice de quelques séries à peine, fait son entrée dans la cour des grands, grâce à la troublante Transparent, série créée par Jill Soloway, attendue en avril sur Be TV. Amazon va donc s’opposer au géant Netflix qui a placé deux de ses séries parmi les nominés de 2014: House of cards et Orange is the new black. Mais les coups de coeur ne manquent pas dans cette longue liste de comédies et de drames denses ou percutants.

(suite…)

Hatufim v/s Homeland: l’impossible retour des otages

Hatufim v/s Homeland: l’impossible retour des otages

hatufim S2.jpgSi The Honourable woman examine la question du processus de paix israélo-palestinien sous toutes les coutures (cf. note précédente), Hatufim*** met le doigt au plus profond de la plaie. Celle, bien vivace, qui concerne 1500 prisonniers de guerre, aujourd’hui encore en Israël. Un problème aigu, pourtant enfoui sous de nombreux tabous.

Dès la 1e saison de ce thriller intimiste à l’ampleur nationale, Gideon Raff, son créateur et inspirateur de la série Homeland, insistait sur la nécessité de combattre la notion vaine du «happy end». Il souhaitait mettre en lumière une réalité taboue en Israël :« la façon dont sont traités les prisonniers de guerre quand ils rentrent de captivité et le stress post-traumatique dont ils souffrent. Revenir est parfois plus dur que d’être emprisonné” soulignait-il à contre-courant.

En découvrant le vécu de Nimrod et d’Uri, libérés après 17 années passées dans des geôles sordides, on ne pouvait guère en douter. Et les 10 épisodes de la saison 1 permettaient de mesurer le fossé qui s’était creusé entre eux et leurs «proches» au fil des tortures et des privations.

(suite…)

The Honourable woman: comment parler du conflit en Israël ?

The Honourable woman: comment parler du conflit en Israël ?

honourable woman.jpgPas une semaine sans que l’actualité ne soit secouée par les tensions au Proche-Orient. Un territoire tellement explosif et miné que l’on est en droit de douter de la possibilité d’en faire une aire d’exploration pour la fiction. Le pari a cependant été relevé par Hugo Blick, scénariste et créateur de l’étonnante Honourable woman.

La série a commencé à dérouler son écheveau dans la torpeur de l’été ce qui explique sans doute qu’elle n’ait pas encore réellement connu le retentissement qu’elle mérite, mais tous ceux qui l’ont croisée en gardent un souvenir fort et précis. Et pour cause.
Au sujet explosif du conflit israélo-palestinien s’ajoute une interprétation épatante. Notamment celle de l’actrice Maggie Gyllenhaal (photo) qui campe Nessa Stein, femme d’affaire israélo-britannique fraîchement anoblie pour son implication dans le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens. Ses partenaires brillent également par leur jeu nuancé: Lubna Azabal, Stephan Rea et Andrew Buchan.

(suite…)