Au programme de Séries Mania 2024 : l’intime, l’intelligence artificielle et nous

Au programme de Séries Mania 2024 : l’intime, l’intelligence artificielle et nous

Le bal des avant-premières s’ouvrira le 15 mars avec « Le Problème à 3 corps », suivi de « Dans l’ombre », « Hotel Cocaine », « Rematch », « Le Monde n’existe pas » et « Mary & George ».

Séries Mania a séduit 85 000 spectateurs en 2023 et ne compte pas en rester là. Fidèle à ses habitudes, le festival proposera, du 15 au 22 mars, 52 séries venues du monde entier en avant-première, des rencontres exceptionnelles avec des invités prestigieux, une exposition inédite, des ateliers, des soirées…

Près de 4000 acteurs mondiaux des séries, issus des 65 pays accrédités au Forum professionnel, étaient présents à Lille l’an dernier. L’actualité géopolitique et sociale (conflits Russie-Ukraine, Israël-Palestine, troubles en Amérique latine et grève des scénaristes américains) a forcément eu un impact sur la production audiovisuelle mondiale. Mais de nouveaux entrants et quelques retours assurent une belle diversité d’ensemble : Taïwan, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Lettonie et République tchèque.

Famille, désir, ovnis

Parmi les thématiques abordées au sein des compétitions nationale et internationale, quelques grandes tendances émergent : le repli sur l’intimité et la cellule familiale, le désir et la sexualité, le mysticisme religieux et l’intelligence artificielle.

Apples Never Fall, Ourika, Hotel Cocaine, After The Party ou encore Bouchon sont autant d’histoires de filiation qui interrogent l’état de la famille aujourd’hui, ont détaillé Laurence Herszberg, directrice du festival et Frédéric Lavigne, le directeur artistique de l’événement.

Le désir et la sexualité se font l’écho de questions contemporaines : faire un enfant toute seule dans All and Eva, s’échapper de son couple (30 days of lust), nourrir sa création artistique de son désir amoureux dans So Long, Marianne, s’aimer virtuellement et devoir réapprendre à se rencontrer dans le monde réel (Dates in real life), assister les personnes handicapées dans l’accès à la sexualité (Extra)… Les relations intimes semblent être un mode de conquête privilégié du pouvoir comme en témoigneront les séries Une amitié dangereuse ou Mary & George, avec Julianne Moore.

L’IA est bien présente dans les sujets portés à l’écran, témoignant qu’il s’agit d’une question autant de fond que de forme. Elle sera, logiquement, au coeur des Dialogues de Lille cette année, mais aussi en trame de fond de nouvelles explorations avec les séries Rematch, qui retrace la fameuse partie d’échecs du champion Kasparov contre le premier ordinateur IBM dans les années 1980 et Le Problème à 3 corps, adaptation du best-seller de Liu Cixin par David Benioff et D.B. Weiss, les créateurs de Game of Thrones. L’IA y donne accès à d’autres espaces-temps depuis lesquels il convient de résoudre des problèmes géopolitiques trouvant leur origine dans le passé. Une avant-première d’autant plus attendue que la série ne sera disponible sur Netflix qu’une semaine plus tard.

Sur le front des croyances, religions et sectes, l’exploration portera tant sur la religion catholique (La Mesias), que la religion musulmane (House of Gods) voire même sur la croyance dans les Ovnis (Société distincte). Enfin des séries documentaires, dont l’une portant sur la face occulte du Vatican et réalisée par la VRT à partir d’archives, ont été sélectionnées à Séries Mania pour la première fois.

Côté séries françaises, les proposition ne manquent pas de sel avec notamment Dans l’ombre, adaptée du roman de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe et Le Monde n’existe pas, adapté du livre de Fabrice Humbert, sur un journaliste enquêtant sur le suspect d’un meurtre.

Gossip Girl, Dix pour Cent, Affaires sensibles

Le jury de la Compétition internationale sera présidé cette année par Zal Batmanglij (The OA). A ses côtés, on retrouvera la réalisatrice Charlotte Brandström, l’acteur et rappeur Sofiane Zermani alias Fianso, la comédienne Bérénice Béjo et l’acteur allemand Malick Bauer. Ils auront huit séries à départager.

Le jury Panorama international sera présidé par l’écrivain Douglas Kennedy, rejoint par la comédienne Suzy Bemba (L’Opéra), la productrice Anna Stern, le producteur coréen Hojin Kwon et la showrunneuse Clémence Madeleine-Perdrillat (Les Gouttes de Dieu).

Des masterclasses de l’actrice Kelly Rutherford (Gossip Girl), du comédien Laurent Lafitte (Tapie) et de l’agent Elisabeth Tanner (à l’origine du personnage de Camille Cottin dans la série Dix pour cent) seront notamment au programme. Parmi les autres invités confirmés, on note Melvil Poupaud, Swann Arlaud, Audrey Fleurot, Karin Viard, Niels Schneider…

Des rencontres sont également au programme avec Jean-Xavier de Lestrade pour Sambre et Fabrice Arfi pour D’argent et de sang, ainsi qu’avec Fabrice Drouelle, qui proposera un épisode spécial de son émission Affaires sensibles en direct du festival.

La grande exposition du Village Festival au Tri Postal, conçue sous la direction de la documentariste Charlotte Blum, sera consacrée à l’envers du décor des séries télévisées. Une invitation à laquelle il semble impossible de résister.

D’autres infos et agenda à venir sur le site du Festival Series Mania

Karin Tshidimba

Olivier Gourmet: « Dans De Grâce, les personnages me touchent socialement et psychologiquement »

Olivier Gourmet: « Dans De Grâce, les personnages me touchent socialement et psychologiquement »

Dans la série « De Grâce », à voir ce jeudi sur Arte, le comédien belge campe un patriarche aux pieds d’argile, un docker tentant de sauver son âme face aux ravages des trafics dans le port du Havre.

Il prête sa voix de baryton et son souffle profond à De Grâce. Une voix off, semée de silences, qui égrène les jours et sonde les entrailles de la famille Leprieur, entre figure paternelle de probité inaccessible flottant sur le port du Havre, et fratrie versée dans les petits trafics et un sombre déni.

L’empreinte du drame

Cette voix spectrale ramène Olivier Gourmet (Une intime conviction) à un travail qui tient de l’expérience théâtrale. Celle qui est à la base de son parcours de comédien. « Au Conservatoire, il y avait un trimestre entier consacré uniquement à la déclamation. C’était un passage obligé. J’ai retrouvé ce travail-là : prendre un texte, le rendre vivant. Même si ce n’est pas du théâtre, on raconte une histoire en y mettant des intentions, de la vie, des silences, des accélérations. »

À rebours de son image de colosse aux pieds d’argile, l’acteur belge est très souriant, affable, hésitant, réfléchi, cherchant le mot juste pour exprimer son ressenti. On a le sentiment d’avoir toujours croisé sa carrure et sa mine singulière dans des drames. Un goût pour le polar et les trames sociales qui le rend fidèle à cet univers, plus qu’à la comédie ?

(Il sourit). « J’ai fait une ou deux comédies où je me suis amusé aussi. J’ai tourné, avec Benoît Poelvoorde, La Couleur de l’incendie où j’étais beaucoup plus dans la caricature d’un personnage. Je me suis amusé, parce qu’on savait où on allait et qu’il y avait un plaisir de l’exagération. Mais quand je lis le scénario de La Couleur de l’incendie ou celui de La Promesse, je suis beaucoup plus ému à la fin de la lecture du second que du premier. C’est ma sensibilité. Ce n’est pas spécialement une question de fidélité, mais ce sont des atomes crochus avec le drame social, avec ce qui m’émeut. Avec des gens comme Ken Loach, qui est parfois plus léger que les frères Dardenne et que j’aime beaucoup. Il y a des films dont je sors secoué, mais heureux et sensibilisé. C’est mon ADN, on va dire… » Ces récits résonnent aussi avec ses origines rurales.

Olivier Gourmet, patriarche et docker dans la série « De Grâce » sur Arte.

Solidarité et contrôle social

L’originalité de la série De Grâce tient au mélange d’univers. « Il y a à la fois le polar, le western, la tragédie grecque ou un côté shakespearien, j’évoquais le Roi Lear. Plutôt que le résultat soit kitsch, ne s’imbrique pas et soit raté, le mélange fait sa singularité. Il y a beaucoup de personnages et la série permet de les développer davantage que dans un film. C’est une tragédie familiale mais – et c’est toujours important, pour moi – elle est ancrée dans une réalité sociale. Il y a des scénarios que vous lisez et dès que vous les refermez, vous vous dites : OK, je le fais parce que, simplement, comme lecteur, vous avez été touché, ému, séduit. Les personnages me touchent, leur condition me touche, ce qui les traverse, ce qu’ils racontent, l’histoire dans sa globalité me touche. »

La place des dockers dans la société, le rôle des syndicats, la pression exercée sur les dockers sont au cœur du récit imaginé par Maxime Crupaux et Baptiste Fillon, formidablement mis en images par Vincent Maël Cardona. « De fait, les dockers ne sont pas des trafiquants puisqu’ils sont menacés. Il y a une sorte de chantage qui pèse sur eux. Et puis, comme disait Vincent, quand vous avez 20 ans et qu’on vous propose une somme d’argent importante pour juste bouger un conteneur de place ou l’amener sur un camion, vous fermez les yeux et vous ne vous sentez pas vraiment trafiquant. »

Cet univers singulier tient aussi au syndicat des dockers centré sur une seule entité. « Il est devenu d’autant plus puissant que tout le monde se connaît dans la ville. Et comme le disait un des auteurs, le patron du syndicat des dockers a un poids certain, une influence dans la ville du Havre. » Des liens souterrains que la minisérie explore au fil de ses 6 épisodes.

L’actrice Astrid Whettnall, fille, femme et mère de docker dans la série « De Grâce » sur Arte.

Travailler le temps long

De Grâce n’est pas la première expérience de série d’Olivier Gourmet mais, cette fois, les enjeux étaient particuliers. « Ce n’était pas évident comme formule et comme rythme. J’ai fait une autre série pour Arte, Moloch , où j’étais beaucoup plus présent. Je me sentais davantage impliqué dans le processus parce que j’étais là presque tous les jours. Ici, c’était très éclaté et comme il y a beaucoup de personnages et que Pierre Leprieur, à un moment donné, est moins présent, j’ai eu beaucoup de temps morts, entre les jours de tournage. C’est assez compliqué de partir et revenir et c’est parfois un peu frustrant. En même temps, la série permet d’aller plus en profondeur et de vivre plus avec leur psychologie. Sur la longueur, c’est une expérience un peu similaire à celle du théâtre où les personnages sont, souvent, non pas « plus aboutis », mais davantage traités sur la longueur. »

Toutefois, l’expérience l’a emballé. « Vincent fédérait tout le monde et avec le chef opérateur Brice et la scripte, ils formaient un vrai trio de mise en scène. On sentait une volonté de qualité, une ambition artistique, sur l’écriture et le cadrage. L’envie de bien faire les choses, en prenant le temps. Avec un grand nombre d’heures supplémentaires annoncées dès le départ », souligne-t-il en riant.

Pressentir l’ambition artistique

« De toute façon, chaque expérience, qu’elle soit bonne ou mauvaise, vous nourrit, vous façonne, vous aguerrit. Chaque expérience est enrichissante et contribue à faire de vous ce que vous êtes. Évidemment, il faut essayer de faire les bons choix et de travailler avec des gens respectueux, qui ont une vraie ambition artistique. » Un discernement qui a lieu au moment de la lecture et des rencontres avec le réalisateur. « Pour ne pas s’égarer dans des choses où vous seriez malheureux. C’est une question d’intuition et je fais attention à ça parce que je n’ai pas envie de m’ennuyer ou de souffrir. »

Éviter les humeurs des réalisateurs

Ainsi, il y a des réalisateurs dont Olivier Gourmet aime le cinéma, mais avec lesquels il ne travaillerait pas, reconnaît-il. « Ça m’est déjà arrivé de dire non. À cause de leur façon de travailler. Parce qu’on a entendu, de personnes sûres, qu’il y a un manque de respect ou une certaine violence qui s’installe pendant les tournages. Et, sincèrement, je n’ai pas envie de faire ce métier pour subir les humeurs ou les caprices d’un réalisateur. Parce que la fin ne justifie pas les moyens, quoi qu’il arrive. » Venant d’un homme de sa stature, le constat étonne. Nul n’est donc à l’abri…

Panayotis Pascot endosse un premier rôle dramatique dans la série « De Grâce ».

Reste à savoir quels sont les projets qui occupent son esprit…

« Je suis assez excité à l’idée de travailler avec Maxime Roy, qui a fait Les Héroïques, une comédie ancrée dans une réalité sociale. J’avais beaucoup aimé ce film. Je n’ai pas encore de date, mais c’est une tragicomédie, une comédie sociale comme je les aime, avec Vincent Macaigne. L’histoire de deux amis qui sont plutôt des bras cassés. Et moi, je joue un bonhomme assez rond et alcoolique. Un peu paumé. Il y a beaucoup de choses à développer sur ce personnage. En tout cas, il me touche socialement et psychologiquement. C’est le milieu de la débrouille. Ils ne sont pas SDF, mais chômeurs et ils essayent de joindre les deux bouts. »

Des scénarios mort-nés

« Ça m’est arrivé de dire oui à des films qui, au bout du compte, ne se financent pas. » Il garde ainsi deux scénarios mort-nés dans son placard. « Parce que je garde un exemplaire de scénarios de tous les films que j’ai tournés, au grand désespoir de mon épouse. Mais aussi de ceux que j’ai aimés et qui ne se sont pas tournés. Comme L’homme au costume de tweed. On voit tellement de choses que – je n’aime pas dire ça, mais – qui ne devraient pas se faire, selon mon goût personnel. Et puis, je me dis ce film-là, personne ne l’a financé. Pourquoi ? C’était vachement bien, mais je peux me tromper… En tant que spectateur, on a le droit de penser ce qu’on veut de toute façon. » Il sourit.

Entretien: Karin Tshidimba

Les dix séries qui ont marqué nos coeurs en 2023

Les dix séries qui ont marqué nos coeurs en 2023

De la rage à l’apaisement, de la stupéfaction à la peur, des injures aux mots doux, des fous rires aux larmes, l’année sérielle a été riche en rebondissements, dérapages et découvertes. Et les créations françaises y ont été particulièrement remarquées. S’il est plus que jamais impossible de tout voir, voici 10 séries qui ont marqué durablement les esprits, avec quelques grand noms venus du cinéma: Marco Bellochio, Kore-eda et Xavier Dolan… A partir de la cinquième place, tous ces récits tiennent littéralement dans un mouchoir de poche.

(suite…)

Alix Poisson soutient la série « Sambre »: « la fiction et le collectif peuvent sauver des vies »

Alix Poisson soutient la série « Sambre »: « la fiction et le collectif peuvent sauver des vies »

Portés par leur intime conviction et leur respect pour les victimes, Jean-Xavier de Lestrade (réalisateur), Alice Géraud (scénariste) et Alix Poisson (comédienne) font front. La série est à voir sur Auvio et La Une RTBF (le jeudi à 20h30), ainsi que sur France 2, à partir du lundi 13 novembre à 21h10.

(suite…)