Avancée de 15 jours, la sortie de la saison 3 de Killing Eve*** est programmée ce jeudi à 22h sur Be tv. Non, le jeu du chat et de la souris n’est pas fini… Dans l’ombre, les services secrets russes et britanniques veillent toujours.

Une salle somptueuse, un repas, des dizaines d’invités sous le soleil de l’Italie. La scène inaugurale de la saison 3 de Killing Eve offre un clin d’oeil visuel plein d’esprit aux débuts de la série et adresse un message subliminal à ses nombreux fans : le combat entre le Bien et le Mal est un éternel recommencement. Eve et Villanelle n’en ont pas fini.

La force de Phoebe Waller-Bridge (Fleabag) est d’avoir donné une incroyable intensité à cette rivalité aussi professionnelle qu’intime entre les deux femmes et d’avoir rendu ces personnages d’agent secret et de tueuse à gages parfaitement crédibles et pourtant à nul autre pareils. En jouant habilement de l’ambiguïté de ces deux amazones, la cartésienne Eve Polastri (Sandra Oh) et l’ambitieuse Villanelle (Jodie Comer) – à moins que ce ne soit le contraire ? – Phoebe WB a inversé les rôles jusque dans l’affrontement et la chasse-poursuite qui les obsèdent. Chacune donnant l’impression d’avoir autant à perdre qu’à gagner au terme de ce marathon sanglant.

La fin de la saison 2 soulevait un tas d’interrogations. Comment Villanelle a-t-elle rebondi après son ultime affrontement avec Eve ? S’est-elle définitivement retirée de son lucratif business ? Laissée pour morte dans une ruelle de Rome, Eve Polastri, s’en est-elle sortie ? En début de saison 3, on le découvre: Eve a complètement changé de vie et se tient désormais éloignée de ses anciens collègues du MI6. Son duo passionnel avec l’imprévisible Villanelle a révélé la part la plus sombre de sa personnalité. Eve va-t-elle embrasser son destin à la Bonnie & Clyde ou va-t-elle enfin revenir à la raison ?

Repris en saison 2 par Emerald Fennell (Call the midwife, The Crown), le flambeau a été transmis à Suzanne Heathcote, auteure de ce troisième volet en huit épisodes qui développe les vies cachées de chacun des principaux personnages. La scénariste y reprend les thèmes chers à la créatrice britannique – qui continue à superviser la série : fragilités, ressemblances, tensions, désir de se dépasser, meurtres de sang froid et questions morales, le tout nappé d’une bonne dose d’humour sarcastique et décalé.

L’affrontement entre l’agent secret et le grand méchant est un classique de la littérature d’espionnage. Non seulement Phoebe Waller-Bridge l’a transcendé mais elle le réinvente, parvenant à le pimenter savamment de références amoureuses. Ses personnages de femmes fortes et indépendantes – Eve, Villanelle mais aussi Carolyn (Fiona Shaw) – défient, chacune à sa façon, l’ordre établi afin de forger leur destin et d’imposer leurs règles. Et gare à ceux qui se mettraient en travers de leur route.
L’actrice française Camille Cottin est au casting de cette saison 3. Face au succès critique et d’audience de Killing Eve, BBC America et AMC ont renouvelé la série dès janvier pour une saison 4.

Dans une précédente note, Sandra Oh, Jodie Comer et Phoebe Waller-Bridge se confiaient sur les enjeux et les défis de la série.

Karin Tshidimba