« Crossing Lines » face au spectre européen du crime

« Crossing Lines » face au spectre européen du crime

Crossing Lines 2.jpg«L’idée de départ est bien née de l’absence d’une police qui puisse passer les frontières européennes» souligne le scénariste Edward Allen Bernero. Tête pensante des « Esprits criminels » et de « New York 911 », il est le coproducteur de cette nouvelle série à spectre européen.
Dans les faits, la subsistance de frontières intra-européennes «rend la criminalité beaucoup plus difficile à contrecarrer, surtout dans un contexte de globalisation effrénée». Ainsi est née Crossing Lines qui imagine une «unité d’élite» mandatée par la Cour pénale internationale (CPI) afin de traquer les tueurs en série qui se déplacent dans le monde. Les membres en sont originaires d’Italie, d’Irlande, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, de France et même… des Etats-Unis (William Fichtner vu dans «Prison Break»).

Déjà présentée sur ce blog, après l’avant-première de juin dernier, Crossing Lines* entame son récit ce soir, à 20h20, sur La une. L’occasion de faire le point avec ses créateurs et principaux protagonistes sur les caractéristiques de cette série à vocation internationale, coproduite par la France, l’Allemagne et les Etats-Unis.

(suite…)

Donald Sutherland aimerait bien tourner à Monaco

Donald Sutherland aimerait bien tourner à Monaco

 

10_54_08_307541546_153049-01-06.jpg

Soyons honnêtes: le doute prédominait hier soir au moment de découvrir Crossing Lines, nouvelle série internationale à la sauce américaine mitonnée par TF1. Les précédentes expériences Jo et No limit (même si, dans ce dernier cas, le tournage ne s’est pas fait en anglais) poussaient à la plus grande prudence.

Sur le fond cependant, la trame se prêtait davantage à l’aventure puisque la série, créée par Edward Allen Bernero (Esprits criminels), s’intéresse aux prémices d’un « FBI » international: une unité d’élite mandatée par la Cour pénale internationale (CPI) afin d’enquêter sur des affaires impliquant des tueurs en série dans le monde entier. Une façon de dépasser les limites imposées, en Europe, aux polices nationales.

(suite…)

Le Festival de Monte-Carlo célèbre les feux de l’écran

Le Festival de Monte-Carlo célèbre les feux de l’écran

monte carlo 2.jpgCe soir, peu avant 19h, un cortège de stars du petit écran remontera le tapis rouge déroulé au pied du Grimaldi Forum. Pour la toute première fois de son histoire, le Festival de télévision de Monte Carlo, qui se déroule jusqu’au 13 juin, proposera une série plutôt qu’une fiction unitaire lors de son gala d’ouverture.
L’occasion de saluer le travail de Donald Sutherland à l’affiche de la série internationale «Crossing Lines», soutenue par TF1 sur le territoire français. Et de lui remettre une nymphe de Crystal afin de saluer l’ensemble de sa carrière.

(suite…)

« Jo »: Jean Reno incarne « A cop in Paris »

« Jo »: Jean Reno incarne « A cop in Paris »

jo jean reno.jpgOn l’a vu avec « Engrenages » et « No limit » il y a deux façons de se tailler une place à l’international. En séduisant les acheteurs étrangers (c’est la stratégie d’Engrenages) ou en travaillant directement avec eux (c’est la formule choisie par Luc Besson).
Mais il n’y a pas qu’avec le papa de « Taxi » que TF1 exploite ce filon, la chaîne française n’hésite pas, en effet, à faire appel à des scénaristes américains, à des équipes et budgets internationaux, pour faire en sorte que le “made in France” s’ouvre au marché mondial.
La preuve avec “Jo” que le Canadien René Balcer (« New York: section criminelle ») pilote et dont la bande annonce est désormais disponible.

Initialement baptisée « Le Grand », la série sera rebaptisée « A cop in Paris » pour être proposée sur le marché international. Avec Jean Reno et Jill Hennessy en guise de « têtes de gondole », Lagardère Entertainment et Atlantique productions espèrent rafler la mise comme ce fut le cas pour « Borgia », « XIII » ou « Engrenages » qui se sont taillé un joli succès à l’export.

(suite…)