Masters & Johnson ou la confusion des sentiments

Masters & Johnson ou la confusion des sentiments

masters 22.jpgUne réalisation inspirée, un montage fluide, un récit plein de surprises et de profondeur. Masters of sex*** assure un traitement royal à un sujet abyssal: les relations humaines et intimes au-delà des mensonges, des faux-semblants et des leurres. Cette maîtrise de la créatrice Michelle Ashford en terme de narration – de la véritable dentelle lorsqu’il s’agit de tisser les flash-backs ou de rapprocher les points de vue – s’illustre dans le premier épisode de la saison 2.

Au fil des 11 épisodes suivants, elle démêle avec un soin extrême un écheveau contrasté de destins singuliers et de sentiments humains révélateurs d’une époque et d’une certaine vision des Etats-Unis. Pointant une société qui tente vainement de catégoriser mais aussi de cadenasser les relations humaines en imposant aux hommes et aux femmes des comportements régis par un certain nombre de préceptes qui tiennent plus de la bienséance que de la supposée santé publique. Une exploration proposée dès ce lundi à 21h sur Be TV.

(suite…)

Masters of sex: Petits arrangements entre collègues

Masters of sex: Petits arrangements entre collègues

masters s2.jpgA quelques heures de connaître tous les lauréats 2014 des Emmy Awards – la cérémonie débute en ce moment même à Los Angeles – on ne peut s’empêcher de penser à un duo d’actrices formidables révélées par leur performance dans Masters of sex***.

Car si Lizzy Caplan (photo aux côtés de Michael Sheen) est très justement en lice dans la catégorie meilleure actrice dans une série dramatique, Julianne Nicholson aurait mérité de figurer parmi les seconds rôles féminins distingués. Son rôle du Dr Lilian DePaul se battant pour faire avancer la recherche sur les cancers «féminins» et sa relation soufflant le chaud et le glacial avec sa collègue, Virginia Jonhnson, aurait certainement méritée d’être mise en lumière.

Revenue à l’écran depuis le 11 juillet dernier, la série créée par Michelle Ashford ne déçoit aucune des attentes placées en elle depuis une 1e saison mémorable. Et ce, même si la tonalité de son récit est devenue plus grave.

(suite…)

« Mad Men » et « Masters of Sex » au menu de Be TV

« Mad Men » et « Masters of Sex » au menu de Be TV

mad men s6.jpgCe soir, Don Draper ouvre le banquet «avant-première séries» proposé traditionnellement par Be TV.
Pouvait-on rêver meilleur hôte? Don Draper est en effet le Georges Clooney du petit écran, le halo de mystère en plus. Son parcours est semblable à celui de Tony Soprano: un homme dont on ne comprend pas toujours les actes mais dont on adore les errances et les doutes qui renvoient à une part universelle de la psyché humaine. Dans une version nettement moins explosive et plus polissée, Don partage aussi l’ascension et la chute de Walter White dans « Breaking Bad« .

Voilà un homme qui, en apparence, a tout pour être heureux mais qui ne l’est pas et qui passe son temps à cacher sa nature profonde à ses proches. Don Draper est une énigme dont Matthew Weiner s’évertue à révéler une nouvelle facette à chaque nouvelle saison de Mad Men.

(suite…)