Beau séjour: quatre cerveaux et un esprit

Beau séjour: quatre cerveaux et un esprit

beau séjour 6.jpegComplices jusque derrière la caméra, les réalisatrices Nathalie Basteyns et Kaat Beels avaient déjà travaillé ensemble sur la formidable série Clan, sorte de Desperate Housewives déjanté aux effluves de waterzooi. Elles cherchaient un nouveau projet à développer et ont repensé à cet hôtel du début du 20e siècle dont l’atmosphère leur plaisait tant. Même si elles ne sont pas Limbourgeoises, elles souhaitaient mettre en lumière cette région rurale dont le reste de la Flandre aime se moquer.

Ce travail collaboratif s’est mis en place à deux puis à quatre avec les scénaristes, Sanne Nuyens et Bert Van Dael. « Un travail d’équipe qui s’est poursuivi jusqu’au montage« , précise Nathalie Basteyns.

« On voulait une ambiance particulière : un huis clos où cette histoire pouvait trouver sa place. Dans ce petit village, chaque rue, chaque maison avait cette ambiance bizarre où cela ne semblerait pas curieux que Kato recherche ses propres assassins. Même si dans les faits, on ne voit pas autant l’hôtel Beau Séjour qu’on en parle, nous avons passé 6 mois de tournage dans ce lieu qui avait une fonction très importante dans le projet. Le caractère visuel du décor a permis de créer ce type d’histoire où il fallait trouver un équilibre entre le réalisme et le surnaturel« , détaille la réalisatrice.

Après avoir séduit 1,2 million de curieux en moyenne sur la chaîne Een de la VRT, Beau Séjour a été achetée vendredi dernier par Netflix. Elle partira à la conquête du reste de l’Europe à partir du 16 mars, après son lancement sur Arte ce jeudi à 20h55. Coup d’oeil sur la genèse de ce projet.

(suite…)