Sélectionner une page

Voiture (de collection), beau costume et sourire charmeur. Quadra ironique et sûr de lui, qui cache une vraie blessure – la mort de sa femme, Lise, plusieurs années auparavant – il y a chez Balthazar* plus d’un gimmick qui vous fera songer à Patrick Jane et à la série The Mentalist.

Pourtant, il y a une particularité supplémentaire chez ce médecin légiste: sa femme, il la voie et il lui parle quand il est seul chez lui. Lise n’est d’ailleurs pas la seule avec laquelle Balthazar converse. Les confessions des morts, c’est son royaume.

Aussi agaçant qu’inclassable, obsédé par la bonne chère, Raphaël Balthazar forme un duo plutôt électrique avec le capitaine Bach (Hélène de Fougerolles, vue récemment dans Mention particulière), nouvelle venue à la criminelle. Pourtant, quel que soit le charme du légiste, les âmes sensibles devront, par moments, s’abstenir de le suivre car, dans sa profession, les images sanglantes ne manquent pas (durant les autopsies ou les premières constatations).

Tomer Sisley, vu au cinéma dans Largo Winch et, plus récemment, dans la série française Les Innocents (avec Odile Vuillemin), revient en tête d’affiche de la nouvelle série policière Balthazar. Ex-prince du stand-up, Tomer Sisley exploite son goût pour le show et les vannes déstabilisantes dans cette série au ton doux-amer. Ce héros maniant l’ironie et l’humour décalé est en effet un rôle écrit sur mesure pour l’acteur par les scénaristes Clothilde Jamin et Clélia Constantine.

La série arpente pas mal de sentiers déjà balisés par d’autres mais le duo Sisley-Fougerolles fonctionne bien et devrait séduire le public traditionnel de la chaîne privée, largement abreuvé à la source des Experts. Dans cette série coproduite par la RTBF, Tomer Sisley et Hélène de Fougerolles partagent l’affiche avec Yannig Samot, Philypa Phoenix et Côme Levin.

Sur le petit et le grand écrans

Acteur assez physique qui fait ses cascades lui-même, Tomer Sisley use de ses talents dans cette nouvelle série tout en cherchant à se diversifier à travers ses prochaines apparitions.
Attendu dans la série Philharmonia sur France 2, le comédien planche actuellement sur l’écriture d’un long métrage. Il sera également à l’affiche de la série Messiah, créée par Michael Petroni, qui souhaite explorer la « frontière entre la religion, la foi et la politique ». Face au Belge Mehdi Dehbi, dans le rôle d’un homme mystérieux considéré par certains comme le messie, Tomer Sisley campera un officier du Shin Bet, violent, agressif et athée, prêt à tout pour défendre son pays. Un récit « biblique », décliné en 10 épisodes, attendu en 2019 sur Netflix. Autant de rôles aux antipodes les uns des autres.

Karin Tshidimba