« I May destroy you »: journal d’une reconstruction

« I May destroy you »: journal d’une reconstruction

La série I May destroy you*** est arrivée chez nous cet automne mais à l’heure de refermer cette année, le visage d’Arabella Essiedu plane encore dans tous les esprits. Ce mélange d’humour et de profond désarroi, de force de vie et de vulnérabilité, de perspicacité et d’aveuglement font de la jeune femme plus qu’un personnage, presque un modèle. Icône d’une année où il a fallu lutter pour rester debout et aller de l’avant…

(suite…)

La guerre des stéréotypes dans les séries

La guerre des stéréotypes dans les séries

the fall 1.jpgDans la fiction, aussi, les stéréotypes ont la vie dure. Difficile de trouver une série qui, même pour vanter le côté brisé de ces héros, ne choisit pas de mettre en avant des physiques de rêve.
Cette dictature des corps «jeunes, grands et beaux», dénoncée notamment par Lena Dunham dans sa série Girls, n’est pas le seul écueil sur le chemin des créateurs et des créatrices.

Si nombre d’actrices sont d’anciens mannequins et continuent à être statistiquement plus jeunes que leurs collègues masculins, c’est parce que le spectre de la séduction et de la tentation (Castle, The Mentalist) n’est jamais loin et que nombre de séries sont produites par des hommes. Ainsi « l’idée demeure que même lorsqu’elles sont flics, elles restent femmes avant tout. »  Un cliché, encore largement entretenu au début de ce troisième millénaire. Constat qui ressort des deux journées de réflexions organisées par le festival Séries Mania autour de la thématique de l’image des femmes dans les séries.

(suite…)