ennemi public 5.jpgQuatre programmes belges seront en compétition lors du prochain Festival Séries Mania. Même si la manifestation n’en est qu’à sa 7e édition, c’est une situation suffisamment rare pour être soulignée. Elle témoigne de la réussite d’une politique décidée en 2013 par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles, de soutenir la production de séries 100% belges. Et de la toujours excellente forme de la production au Nord du pays.

la treve signe.jpgQuelle que soit l’issue de la compétition le fait, pour La Trêve et Ennemi Public, de concourir face à des créations françaises (Au-delà des murs avec la comédienne belge Veerle Baetens, Irresponsable de Frédéric Rosset, Sam de Claire LeMaréchal et Stéphanie Tchou-Cotta) ou canadienne (Marche à l’ombre de Ian Lauzon et Ludovic Huot)  est déjà une réussite en soi.
Depuis 2013, en effet, avec une belle régularité, les appels à projets se succèdent offrant l’opportunité aux scénaristes, réalisateurs, producteurs et acteurs francophones de se mettre au travail.
Le résultat de cette volonté et de cette créativité se donnera à voir au Forum des Images à Paris entre le 15 et le 24 avril prochains à l’occasion de la manifestation à l’envergure internationale. Une excellente nouvelle pour un secteur en train de fourbir ses armes. Car ce n’est pas tout…

burkland 7.jpgBurkland la toutre nouvelle création de Gregory Beghin concourt dans la catégorie web séries et  la série Beau séjour produite par la VRT, devra chèrement défendre sa peau en compétition internationale. Créée par Nathalie Basteyns, Kaat Beels et Sanne Nuyens, ce thriller familial est déjà assuré d’un rayonnement européen puisqu’il a été acheté par Arte.

Pour ses 4 productions belges, c’est l’occasion de se faire remarquer par un vaste public.

Un festival est avant tout un lieu de rencontres et cette année encore le carnet de bal de Séries Mania est alléchant : outre David Chase, père des Soprano, on pourra croiser à Paris, Cuba Gooding Jr (The people versus O.J.Simpson), Clyde Phillips pour Feed the beast, une première projection mondiale. Mais aussi Harlan Coben pour The Five, Frank Spotnitz, créateur de The Man in the High castle, Leïla Bekti, au casting de Jour polaire, Lucia Puenzo, créatrice de Cromo et Stephen Poliakoff, scénariste et réalisateur de Close to the Enemy.

Outre la compétition internationale, le Festival propose quatre sections compétitives : une américaine, une francophone (où concourent les séries belges, La Trêve et Ennemi Public, donc), une section Panorama (tour du monde des séries non reprises dans les deux premières catégories) et une section web séries.

David Chase, président du jury international

david chase.jpgSi le très respecté David Chase est le président du jury chargé de décerner le Grand prix et le Prix du scénario au sein de de la compétition internationale, ce sont des journalistes et des blogueurs spécialisés qui départageront les productions présentées dans les trois autres sections. Les internautes départageront les web séries et le grand public marquera sa préférence toutes sections confondues.

Parmi les programmes les plus attendus, côté Etats-Unis, on note VinylAmerican Crime saison 2, Billions, Casual, Colony, Hap and Leonard, Master of none, Mr Robot, Show me a hero, The Catch, The Girlfriend Experience ou The Path.

Quant à la section Panorama, elle permettra de voyager en Allemagne, en Argentine, en Australie, au Danemark, en Espagne, en Finlande, en Israël, en Irlande, en Norvège, en Pologne, au Royaume-Uni, en Indonésie, au Japon et en Suède.
En tout, ce sont 54 séries de 17 pays différents qui seront proposées gratuitement au public du Forum des Images mais aussi, en rattrapage, dans les salles du complexe voisin, UGC Cité des Halles.

La section web séries est tout aussi cosmopolite avec des créations venues du monde entier : Etats-Unis, Allemagne, Corée, France, Canada, Australie, Inde, Espagne et donc Belgique avec Burkland réalisé par Grégory Beghin.

Ajouter à cela, un joli programme de conférences et de débats – sur lequel nous reviendrons une fois les horaires connus – et vous comprendrez que dix jours suffiront à peine pour tout voir et tout entendre.

KT