à tort ou à raison 4.jpgL’effervescence autour des séries est une tendance majeure qui s’est encore confirmée lors du récent Mipcom cannois. Avoir une fiction nationale en bonne santé et qui s’exporte est devenu une question presque vitale pour nombre de diffuseurs. Qu’il s’agisse de chaînes publiques ou privées.
La chasse au meilleur contenu fait donc rage et l’identification reste un facteur de fidélisation non négligeable dans ce domaine. Une donnée que la RTBF, qui a (re)lancé la production de séries belges en 2002, a bien intégré aujourd’hui.

Tandis que la France relève de plus en plus la tête sur le marché mondial avec des productions comme “Engrenages”, “Les Revenants” ou “Braquo”, la RTBF caresse l’espoir de passer, enfin, de la phase artisanale à une production un peu plus “industrielle”, grâce au soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Afin d’y parvenir, un Fonds pour le développement et la production des séries belges a été mis en place, en juillet dernier, qui prévoit la production de 40 épisodes (de 52 minutes) par an, ce qui représente 4 séries, à diffuser dès novembre 2014.

mise à jour 14/10: finalement 141 projets s’avèrent recevables sur les 160 envoyés, avant le 27 septembre dernier, en réponse à l’appel lancé par la RTBF et la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Malgré des budgets qui ne sont pas faramineux (1,1 million par série), l’appel a été largement entendu et a suscité un certain engouement au sein des maisons de production belges. Si de nombreuses dents ont grincé à l’annonce des montants accordés (certains soutenant qu’il s’agissait là de budgets applicables aux fictions diffusées en journée ou en fin d’après-midi, mais nullement à des budgets pour le “prime time”), certaines sociétés ont remis plusieurs projets afin de multiplier leurs chances d’être sélectionnées.

La phase de sélection ne fait cependant que commencer et ménagera sans doute une foule de rebondissements… Car différentes étapes sélectives doivent encore être franchies par les 141 projets de série aujourd’hui en lice.

– la phase des « pitchs » qui aura lieu début novembre devant le comité de sélection, composé pour moitié de membres de la RTBF et pour l’autre de représentants de la Communauté Wallonie-Bruxelles. Au terme de celle-ci, dix séries seront retenues.

– En janvier 2014, viendra le moment de la présentation de la bible, du 1er épisode dialogué et des 9 synopsis suivants. Les six meilleurs projets seront alors sélectionnés.

– A charge pour ceux-ci de présenter au mois de mars un teaser de 10 minutes qui permettra de désigner les 4 séries les plus abouties.  

En mai, les premiers textes devront être livrés pour tournage en juin/juillet 2014. Une fois passée l’étape de l’agrément administratif, les premiers épisodes devront être prêts pour diffusion dès novembre.

Restent deux questions en suspens.
à tort ou à raison 5.jpgVu les budgets dégagés, une saison 3 d’A tort ou à raison est-elle envisageable ?
Tout dépend de deux facteurs, en fait : l’accueil du public de La Une dès le 7 novembre prochain (la série est montrée en avant-première ce lundi à Wolubilis) et le déblocage des fonds nécessaires, dont une partie provient de la coproduction établie avec France 3.

“Si France 3 devait se retirer du projet, cela rendrait les choses encore plus difficiles”, reconnaît-on du côté de la RTBF. Au point que la série serait aujourd’hui condamnée ? A ce stade-ci, les opinions divergent et “radio couloir” hésite entre optimisme et alarmisme.

Et dans l’intervalle, que pourra-t-on voir ?
Une autre série belge est déjà dans les starting-blocks. Rebaptisé Esprits de famille (ex- “Chers disparus”), le scénario est né sous la plume de Jean-Luc Goossens (“Melting Pot”) et sera produit par sa complice Catherine Burniaux (Stromboli Pictures). Une production qui pourrait en outre servir de “modèle” et/ou de phase-test pour les suivantes.
KT