homeland - S3.jpgOn aurait pu craindre que la fuite (au début du mois de septembre) de l’épisode inaugural de la saison 3 d’Homeland** nuise aux audiences de la chaîne Showtime ce dimanche soir. D’autant qu’elle était confrontée au grand final de Breaking Bad….
Mais finalement, malgré les centaines de milliers de visionneurs pirates et la concurrence frontale, cette saison 3 a démarré sous de bons auspices. Avec 1,9 million de fidèles, elle a établi un nouveau record d’affluence, devançant sa reprise en 2012 (1,7 million de fans) et son lancement en 2011 (1,1 million de curieux).

Bien sûr, l’affluence n’est pas tout. Encore faut-il séduire le chaland. Et étant donné la tonalité et la qualité disons «mitigées» de la saison 2, la question principale reste de savoir ce que les fans en ont pensé. Si la fin de Breaking Bad (devant 10,3 millions de fans) a provoqué un concert de louanges sur twitter, qu’en sera-t-il de ce début de saison 3 d’Homeland… Un épisode à découvrir ce jeudi à 20h55 sur Be1.

Après la fin explosive de la saison 2, cet épisode de reprise joue la carte de la sobriété. Certains pourront juger cela un peu lent, mais l’intrigue se recentre sur ses principaux protagonistes (Carrie, Saul, la famille de Brody) et leurs difficultés ou faiblesses psychologiques, près de deux mois après l’attentat imaginé par Howard Gordon et Alex Gansa.
Ce retour au calme n’est pas un mal. Surtout après une certaine tendance à l’outrance constatée lors de la 2e saison, que ce soit dans la romance ou les rebondissements à répétition. Autant d’éléments qui éclipsaient les questions pertinentes et l’épaisseur psychologique des débuts.

Evitez de lire la suite si vous ne voulez pas gâcher votre plaisir.

Au début de cette saison 3, on découvre la CIA en plein préparatif de ripostes «ciblées» à l’attentat de Langley qui a causé la mort de 219 agents et membres du personnel. C’est l’agent Quinn que l’on découvre sur l’un des six lieux d’opération circonscrits par l’agence.

Pendant ce temps, Carrie Mathison (Claire Danes) doit affronter les questions pressantes des membres du Congrès américain qui ont accepté de l’entendre à huis clos. Ensuite viendra le tour de Saul Berenson (Mandy Patinkin), désormais responsable de la CIA. Une agence en grande difficulté et soupçonnée d’avoir manqué de clairvoyance, voire pire d’avoir intentionnellement failli à sa mission de protection des Etats-Unis. Les postes de direction de la CIA sont décimés et sa réputation est en lambeaux. « Comment croire que la CIA puisse protéger ce pays si elle ne peut même pas se protéger elle-même ? » interroge le président de la commission d’enquête.

Durement éprouvée, la famille de Brody tente de se reconstruire. Le présumé terroriste est toujours en fuite et invisible lors de ce premier épisode. Sa fille Dana vient de passer deux mois dans un centre spécialisé après sa tentative de suicide. A la maison, ils n’ont plus aucun revenu et les menaces de mort et les pressions en tous genres affluent…

De son côté, Carrie, taraudée par la culpabilité, semble renouer avec ses anciens démons. «219 personnes sont mortes et je n’ai rien vu venir.» Elle a suspendu son traitement, pensant qu’elle n’était qu’à moitié consciente au moment des faits et que c’est pour cela que tout est arrivé.
«Vous cachez quelque chose Mrs Mathison et lorsque nous aurons découvert de quoi il s’agit, nous vous mettrons tous en prison, vous et vos collègues» avertit le président.
L’étau se resserre donc autour de Carrie et de Saul. Au point de faire voler leur relation quasi filiale en éclats ? C’est l’une des nombreuses questions à laquelle devra répondre cette saison 3 comme le dévoile la bande annonce commentée par Mandy Patinkin aka Saul Berenson ci-dessous.

En recentrant volontairement son propos sur le travail d’espionnage et ses conséquences sur la vie des agents de la CIA, la série renoue avec une charge émotionnelle forte. Elle éclaire les vraies questions que se pose le grand public, en cas d’attentat, et regagne en légitimité.
Pourvu que cela dure…

KT

mise à jour (24/10): Ayant retrouvé son rythme de croisière, Showtime vient de renouveler Homeland pour une saison 4.

mise à jour (17/12): Absente des nominations pour les Golden Globes et critiquée pour son scénario jugé embrouillé, Homeland ne se laisse pas abattre pour autant. Dimanche, la série a signé un record historique avec l’épisode final de sa saison 3: elle a attiré 2, 4 millions de fans et même 2,9 millions tout au long de la soirée sur Showtime.

mise à jour (24.03.2014): James Rebhorn qui interprétait le père de Carrie Mathison dans Homeland, mais aussi un agent spécial dans la série White Collar, est décédé d’un cancer, a-t-on appris dimanche soir. Il avait 65 ans.