Benedict-Cumberbatch.jpgRetenir son nom tient, au départ, de l’exploit. Mais pouvait-on attendre un autre choix de la part d’un homme qui cultive l’originalité et la différence, non pas comme une seconde mais bien comme le reflet de sa véritable nature ?

Petite coup d’oeil sur ces singularités qui font de Benedict Cumberbatch un être.. à part. 

«Impossible à prononcer au réveil le lundi matin», de l’aveu même de son unique héritier, son nom fait désormais partie de sa légende. Un signe distinctif, presque une marque de fabrique. Car même s’il ressemble à une blague, voire même à une insulte, Cumberbatch n’est en rien un nom inventé.
Il s’agit du vrai patronyme de son père, mieux connu sous son nom de scène de Timothy Carlton. Marié à Wanda Ventham, ils ont tous les deux transmis à leur fils le
virus des planches. C’est en effet sur scène que Benedict Cumberbatch a connu ses premiers succès en tant qu’acteur, célébrant particulièrement le répertoire classique (Shakespeare, Ibsen, etc.) Sa prestation en tant que Docteur Jekyll et Mister Hyde est paraît-il mémorable…

Etait-ce pour cultiver le célèbre flegme britannique? Durant l’année «sabbatique» qui le séparait de son entrée à l’Université de Manchester, il a passé quelque temps en tant que professeur d’anglais dans un monastère tibétain. Une expérience de vie qui l’aide peut-être encore aujourd’hui à prendre du recul…

L’acteur sait également comment jouer de sa voix de baryton au timbre inimitable. Cette voix qu’on reconnaît dès le première syllabes dans «Le Hobbit» de Peter Jackson où il est à la fois le porte-parole du dragon Smaug et celui du nécromancien Sauron. Récemment choisi par Jaguar pour vanter la «classe folle» (sic) de son dernier modèle, il a aussi été retenu par la chaîne National Geographic pour porter le message d’un documentaire à venir sur Jérusalem, ville trois fois sainte. En Angleterre, ce sont le plus souvent les dramas radiophoniques et les audio-books que sa célèbre voix cisèle.
KT