chiffres series.jpgFestivals, livres, analyses et formations universitaires, débats et documentaires: les indices du succès des séries sont planétaires.
Depuis la fin des années 90 et le renouvellement de la typologie des séries, le regard du public sur le phénomène a largement changé. La série est désormais reconnue comme un art à part entière.
Si le cinéma donne à voir et à entendre, et le théâtre donne à vivre, la série, elle, donne à comprendre sur la durée et à partager. 
Mais pour ceux qui ne se laissent convaincre que par les chiffres, on a fait le relevé de quelques précieux compteurs.

Chaque année, en juin, sont révélés les noms des trois séries les plus suivies à travers la planète. Sur un public potentiel de 3 milliards de téléspectateurs, disséminés dans 65 pays, analysés et auscultés par les équipes d’Eurodata TV Worlwide.
Sans surprise, l’an dernier, le premier prix de la catégorie drame revenait aux
Experts avec 63 millions de fidèles, celui de la catégorie comédies revenait à Desperate Housewives, avec 40,8 millions de fans et la couronne des soaps était attribuée à Amour, gloire et beauté (The Bold and the Beautiful) avec plus de 19,3 millions d’irréductibles.
Les Experts étant un peu en perte de vitesse et les femmes au foyer ayant remisé leur tablier, on peut espérer des changements dans le classement 2013, même si la force de frappe des séries américaines grand public ne risque pas d’être démentie de sitôt.

Parmi les séries du câble, souvent plus audacieuses et radicales, deux séries ont particulièrement fait parler d’elles ces derniers mois. Game of Thrones qui, avec son univers complexe et original, et malgré son caractère systématique, a su s’aliéner une grande communauté de followers. Dernier carton en date, dimanche dernier, où l’épisode 3 de la troisième saison a été suivi par 4,7 millions de fans.
Pour rappel, les téléchargement illégaux s’étaient envolés le 31 mars dernier, pour le lancement de la nouvelle saison, à hauteur d’1 million de pirates. Un détournement qui ne fait pas peur à la chaîne HBO qui assure qu’il « contribue à la notoriété de la série et a même des répercussions positives sur la vente des gadgets et des DVD ». Fan un jour, fan toujours…

On le sait, le phénomène ne date pas d’hier. En 1980, 90 millions de fidèles (soit 80% des foyers américains !) se donnèrent rendez-vous pour regarder le premier épisode de la saison 3 de Dallas et découvrir « qui avait tiré sur JR« . Avec cette audience record, CBS venait d’instaurer le règne du cliffhanger, une formule qui s’est répandue à travers le monde car, en tout, ce sont 360 millions de fidèles qui ont voulu découvrir l’identité du coupable.

The-Walking-Dead-Season-3.jpgEn octobre dernier, c’est la série The Walking Dead qui était au coeur de toutes les conversations. Le lancement de la saison 3 sur AMC avec 10,9 millions de chasseurs de zombies a non seulement établi le nouveau record historique de la série, mais a aussi pulvérisé celui de l’ensemble des chaînes du câble… Forums et festivals témoignent en outre de la passion dévorante des fans pour le travestissement.

Sexe et violence, des recettes incontournables? Pas forcément. L’une des séries les plus exportées à travers le monde, avec plus de 100 pays acheteurs, n’est autre que Downton Abbey, très classe série britannique sur l’aristocratie du début du 20e siècle. Outre les impressionnants scores britanniques, le lancement de la saison 3 a été suivi par 8,2 millions d’Américains, début janvier sur PBS, soit la deuxième meilleure audience du jour. Une preuve supplémentaire qu’on peut établir des records de différentes manières…
KT