Sélectionner une page

On the spectrum.jpgLa greffe allait-elle prendre après le transfert dans les Hauts de France du respecté festival Séries Mania, parisien durant ses huit premières éditions ? C’était l’espoir de toute l’équipe de Laurence Herszberg et de son directeur artistique Frédéric Lavigne qui ont mis les bouchées doubles pour assurer l’arrivée du bébé dans les meilleures conditions.

Au fil des jours, le nouveau venu a réussi son pari : celui de séduire le public lillois intéressé par les 100 projections gratuites qui lui étaient proposées à travers différents lieux de la ville et, surtout, par les nombreuses animations organisées notamment au Tri postal : radio, rencontres, décors de séries et librairie, mais aussi expositions, réalité virtuelle et escape game. Il faut dire que le casting des séances de dédicaces était parfaitement calibré avec la venue des équipes des séries Capitaine Marleau, Candice RenoirLes petits meurtres d’Agatha Christie et Plus belle la vie, parmi les plus populaires en France aujourd’hui.

En tout, l’événement a drainé 56 000 participants « et 30 000 rien que pour les projections, soit une augmentation sensible par rapport à la dernière édition parisienne », précise le directeur artistique Frédéric Lavigne, épuisé mais rayonnant. Une fois encore, l’équipe du festival a prouvé qu’elle avait le nez fin dans ses choix français et internationaux des séries les plus récentes. Palmarès complet à lire ci-dessous.


Palmarès de la compétition officielle

Le grand prix récompense la formidable série israélienne On the spectrum (photo du haut) qui suit un trio de jeunes adultes autistes à la fois drôles et touchants dans leur vie et leurs combats quotidiens. Un sujet aussi culotté qu’original, imaginé par Dana Idisis et Yuval Shafferman, dont on espère qu’il séduira aussi rapidement un diffuseur qu’il l’a fait avec le public lillois et la critique.

Le prix de la meilleure actrice revient à Anna Mikhalkova épatante dans la série russe An Ordinary Woman où elle campe une fleuriste devenue mère maquerelle par nécessité.

Ad Vitam.jpgLe prix de l’interprétation masculine salue la prestation bluffante de Tommaso Ragno dans Il Miracolo.
La série, coproduite par Arte, et créée par Niccolò Ammaniti, a également reçu le prix spécial du jury emmené cette année par le scénariste Chris Brancato, créateur de Narcos, et composé de la créatrice Maria Feldman (False Flag), du comédien Clovis Cornillac (Chefs), de l’actrice Maria Schrader (Deutschland 83) et du romancier Pierre Lemaitre (Prix Goncourt 2013 pour « Au revoir là-haut »)…


Séries françaises

La série Ad Vitam (photo), créée par Thomas Cailley et Sébastien Mounier et également produite par Arte, a été élue meilleure série française par le jury de la presse internationale.
Le prix du meilleur comédien salue Roschdy Zem pour son rôle dans Aux animaux la guerre, ex aequo avec Bryan Marciano, pour la série Vingt-cinq. Enfin, le prix de la meilleure comédienne est attribué à Anne Charrier pour son rôle dans Maman a tort.


Panorama international

Kiri.jpgLa série britannique Kiri (photo) avec la formidable Sarah Lancashire (vue dans Happy Valley) a remporté le prix du Panorama International (auquel ce blog était étroitement associé).
Prix qui salue l’important message social et interculturel mis en avant par la brillante scénariste Abi Morgan.

On attend qu’un diffuseur futé s’en empare parmi d’autres perles présentées dans la même catégorie : la danoise Liberty et l’australienne Romper Stomper qui proposent, chacune à sa manière, une plongée intéressante dans des franges de population méconnues (une communauté d’expatriés pour la première, un groupe d’extrême droite pour la seconde) sans oublier la belge The Day qui croise les regards et les perceptions de différents protagonistes sur une même journée traumatique, à l’occasion d’une prise d’otages.

Quant au prix du public, il a été attribué à The Marvelous Mrs Maisel, bijou d’humour et d’irrévérence dont nous avons déjà parlé précédemment.


Une série « bonus »

The Split.jpgToujours difficile de faire l’unanimité avec un palmarès.  Mais de l’avis de nombreux critqiues manque à l’appel la brillante série The Split avec Nicola Walker (photo, vue dans les séries Unforgotten et River), autre grande actrice britannique. Cette série suit une famille composée de trois sœurs dont les deux aînées travaillent comme avocates dans des affaires de divorce avec les répercussions que ces questions hautement émotionnelles et inflammables peuvent avoir sur leur quotidien. On attend la suite avec impatience…

Il restera encore à mesurer l’impact des rencontres professionnelles organisées dans le cadre du Forum lillois qui a enrehistré plus de 2000 personnes accréditées. Pour cela, il faudra bien sûr patienter encore quelques semaines, voire quelques mois. Mais rien que la participation de Reed Hastings, patron de Netflix, acteur majeur du renouveau sériel mondial, au rendez-vous lillois illustre la réussite de l’équipe de Séries Mania.

Karin Tshidimba, à Lille