house-of-cards 2.jpgLa révolution annoncée n’aura finalement pas eu lieu.
Netflix n’est pas parvenue à imposer House of cards devant Breaking Bad ou Homeland, dimanche soir à Los Angeles.
A l’approche de la cérémonie, les commentaires se multipliaient pourtant sur les chances du service de vidéos à la demande, de damer le pion aux grandes chaînes et producteurs traditionnels en décrochant le prix de la meilleure série dramatique 2013.

En février, le célèbre réseau avait fait sensation en proposant, en une seule livraison, les 13 épisodes de sa toute première création originale: la série « House of cards ». Produit­e et réalisée par David Fincher (« The social network »), elle est, notamment, portée par les acteurs Kevin Spacey et Robin Wright. Avec ses 9 nominations annoncées en juillet dernier, ce coup d’essai de l’opérateur internet s’annonçait déjà comme un potentiel coup de maître.

La frilosité du milieu de la télévision – soucieux de ne pas scier la branche sur laquelle il est assis – explique sans doute, en partie, l’unique récompense remportée par la série (le prix de la meilleure réalisation accordé à David Fincher). En revanche, il sera difficile de soutenir face aux amateurs et aux critiques qu’en 5 saisons aussi riches que détonantes, Breaking Bad n’a pas gagné de haute lutte son titre de meilleure série dramatique. En revanche, Jeff Daniels (The newsroom) jugé meilleur que Kevin Spacey, ça se discute… vraiment (cf. palmarès complet).

Originaire des Etats-Unis, le réseau Netflix s’est d’abord fait connaître, en 1997, grâce à la distribution de films en location via la poste. Dès 1999, la société californienne investit dans la distribution digitale, devenue aujourd’hui flux vidéo en continu et recouvrant de nombreuses séries et émissions. Egalement présente au Canada, dans les Caraïbes, en Grande-Bretagne et en Irlande, elle est implantée depuis 2012 dans le nord de l’Europe: Norvège, Danemark, Suède et Finlande. Une implantation qu’elle compte bien poursuivre ces prochains mois et années.

house of cards 4.jpgRécemment, on apprenait, via une confidence au site Tweakers, de Kelly Merryman, responsable des acquisitions chez Netflix, que la plateforme observait de près les nombreux sites permettant le téléchargement illégal de séries afin de connaître celles remportant le plus de succès auprès des internautes (cf. classement 2012-2013).
Un critère sur lequel Netflix s’appuie au moment d’acheter de nouvelles séries afin de composer le catalogue le plus alléchant possible, voire même «idéal» aux yeux de ses (futurs) abonnés. Se présenter comme un rempart contre les trafics illicites sur le net, voilà un nouvel argument marketing de poids pour Netflix…
Un opérateur du net qui sait visiblement comment s’entourer des meilleurs. On a en effet appris, début septembre, que l’actrice et réalisatrice Jodie Foster réaliserait un épisode du second volet d’House of cardssérie toujours coproduite par Kevin Spacey (photo) et David Fincher…
KT

mise à jour (04.04.2014): Netflix a annoncé la commande des 13 épisodes de la série « Narcos » qui se penchera sur la montée en puissance du cartel de Medellín et de son patron, Pablo Escobar, assassiné en 1993. Le rôle titre a été confié au Brésilien Wagner Moura. Lancement prévu en 2015.