restless.jpgVoilà une nouvelle qui devrait éclairer le mois de décembre habituellement plutôt morne en terme de nouveautés ou de découvertes.

Sundance Channel (USA) va en effet diffuser la minisérie Restless les 7 et 14 décembre prochains, peu avant la BBC qui l’annonce pour la fin décembre.
Inspirée du roman du même nom («La vie aux aguets» en VF) paru en 2006, cette production américano-britannique s’annonce prometteuse. Un casting trois étoiles (
Charlotte Rampling, Michael Gambon, Rufus Sewell, Michelle Dockery et Hayley Atwell, cf. photo), un best-seller pour les inspirer et une production conjointe BBC – Sundance Channel. Autant d’éléments qui devraient permettre au projet «Restless» de se distinguer.

Le contexte choisi (la Seconde guerre mondiale et les services secrets britanniques) offre en effet matière à évocations et à reconstitutions soignées. D’autant que c’est William Boyd lui-même qui signe l’adaptation de son roman pour le petit écran, donnant naissance à une mini-série en deux épisodes qui jongle avec les époques: passée (1939 et suivantes) et présente (1976).

Tout commence par une banale lettre reçue par Ruth Gilmartin (incarnée par Michelle Dockery, vue dans «Downton Abbey»). La jeune femme y découvre la double vie menée jadis pas sa mère Sally, enrôlée par les services secrets britanniques. Sally est en fait Eva Delectorskaya, immigrée russe, devenue espionne britannique, en fuite depuis trente ans. Une révélation qui va bouleverser la vie de sa fille Ruth.

Hayley Atwell incarne Eva durant les années de guerre tandis que la troublante Charlotte Rampling tente de tenir Sally éloignée des ombres de son passé. Face à elle, Rufus Sewell (Les Piliers de la terre) incarne Lucas Romer, formateur d’Eva au début de la guerre. Un ex-amant et mentor que Sally croit reconnaître, trente ans plus tard, sous les traits de Michael Gambon.

Décidément, la télévision consacre le règne des agents secrets (cf. note précédente)…
KT