nashville.jpgQui a dit que la rentrée 2012 ne nous réserverait aucune surprise? Bon, on ne l’a pas écrit mais on l’a pensé très fort, au fil des découvertes de ces dernières semaines.
Et puis, soudain, au moment où on ne l’attendait plus: une vraie découverte, une histoire pleine de reliefs venue d’un coin (presque) perdu. Nashville**, Tennessee, capitale de la musique country.
Comme vous, on a tiqué au début et on y est même allé un peu à reculons. Mais erreur, fatale erreur, car il y a dans cette histoire de rivalité familiale et musicale sur fond d’industrie du disque en difficultés et de bataille politique à gagner, beaucoup de sujets à découvrir et à creuser. Et pour la première fois depuis quelques jours, on a vraiment envie de voir la suite. On pensait qu’on ne se sentirait pas du tout concerné par cette histoire de chanteuse au faîte de sa gloire qui se découvre une rivale aux dents longues et aux jupes très courtes. On s’est trompé.

D’abord parce que Connie Britton (ex-« Friday Night Lights ») est très convaincante dans son rôle de star sur le déclin sans le savoir, bien décidée à se remettre en question. Face à la chute de la vente de billets et de disques, Rayna est prête à tout tenter, sauf ce que son équipe lui suggère, à savoir: faire tournée commune avec Juliette Barnes (Hayden Panettière, ex-« Heroes »), starlette montante de la country. Une idée inenvisageable, après 20 ans de carrière, surtout depuis que la donzelle n’a pas hésité à lui montrer les dents dès leur première rencontre…

Parallèlement aux soucis de Rayna, son mari Ted Conrad (Eric Close, ex-« FBI: portés disparus ») peine à se remettre en selle après une récente faillite. Le père de Rayna lui propose donc le poste de maire, mais Rayna est persuadée qu’il cherche surtout à mettre le grappin sur son beau-fils.
Avec la campagne qui s’annonce – où Rayna devra jouer le rôle de la parfaite épouse au pied du podium, complète nouveauté pour elle -, les relations familiales s’annoncent plus que houleuses.

 Au-delà du conflit de générations et de personnalités, la série s’intéresse aussi à une industrie du disque en pleine transformation qui promeut ses nouvelles pouliches à grand renfort de plans com et de campagnes marketing, ne visant plus que les moins de 25 ans, adeptes des titres qui claquent et des tubes qui pleurent… Au détriment des « musiciens de coeur » à l’image de Deacon Claybourne (Charles Esten), fidèle guitariste et ex de Rayna.

Evoluant à l’écart des sunlights, la jeune Scarlett O’Connor (Clare Bowen) écrit des poèmes pour son propre plaisir, mais elle a une voix magnifique, ciselée pour magnifier l’envol de la musique folk. Une découverte qui séduira même les néophytes.
Avec ces trois beaux personnages de femmes et plusieurs autres trajectoires ne manquant pas d’aspérité (Ted, Deacon et Lamar, le père de Rayna), avec une contrée rarement filmée et un pan méconnu de la culture américaine à explorer, « Nashville » ne manque décidément pas d’atouts.

KT

Nashville. Drame de Callie Khouri, avec Connie Britton, Hayden Panettiere, Eric Close. Diffuseur: ABC. 13 épisodes en cours de production. Début: 10 octobre 2012.