Le 1er mai sera mise en ligne la première série belge produite par Netflix : un thriller de science-fiction en six épisodes.

À bord de cet avion, il n’y a que quinze personnes dont un preneur d’otages (Stefano Cassetti) qui veut obliger le capitaine (Laurent Capelluto) à mettre le cap vers l’ouest afin de fuir la course du soleil. Son exigence n’est pas de se mettre à l’abri sur une île déserte mais bien de voler et de repartir sans cesse pour ne pas être rattrapé par la lueur de l’aube…

Forcés à voler vers l’ouest afin d’échapper à la course d’un soleil devenu fou – et qui sème la mort dès l’apparition de ses premiers rayons -, les passagers se retrouvent en quelque sorte « prisonniers » de leur avion, forcés de cohabiter, qu’ils le veuillent ou non. Se cacher des rayons d’un soleil meurtrier, cela pourrait être une métaphore de la situation que nous vivons aujourd’hui où chacun doit vivre confiné et se méfier de l’air qu’il respire…

Sur cette trame de science-fiction, le scénariste Jason George (Narcos saison 3 ) imagine une inlassable fuite en avant. À cette situation déjà épineuse s’ajoute la personnalité instable de certains des passagers qui ont visiblement des choses à se reprocher ou, du moins, de problèmes personnels à régler.

Au fil des heures, la toile de drames successifs se tisse, à la manière d’un roman d’Agatha Christie qui verrait chaque personnage se révéler au cours d’un huis clos tendu.

Un casting très majoritairement belge

Cette trame post-apocalyptique est celle d’Into the night**, la toute première production belge de Netflix. Une histoire de lutte et de rédemption déclinée en six épisodes.
Écrite et créée par le producteur Jason George, la série est inspirée du roman The Old Axolotl du Polonais Jacek Dukaj. Un projet confié aux réalisateurs belges Inti Calfat et Dirk Verheye (Over Water) et à la maison de production belge Entre Chien et Loup (Ennemi Public).

Tourné en Belgique, en Bulgarie, en Macédoine et à Amsterdam, ce thriller est porté par son casting international (acteurs belges, français, italiens, polonais, britanniques, russes, turcs). La diversité de l’équipage et des passagers insuffle le souffle universel de ce récit de science-fiction.
Malgré un scénario semé d’embûches – et de retournements de situation qui flirtent régulièrement avec les limites du plausible -, l’intrigue tient le cap grâce à l’interprétation très juste et naturelle de quelques comédiens dont Alba Gaia Bellugi ( 3x Manon ), Mehmet Kurtulus et les Belges Babetida Sadjo, Pauline Etienne (Ennemi Public) et Laurent Capelluto (Zone Blanche).

C’est dans sa dimension psychologique que cette série pèche, en peinant parfois à installer des transitions crédibles d’un état émotionnel à un autre, au sein d’épisodes souvent courts (45 minutes) et trop focalisés sur l’action. Le résultat reste cependant addictif et suffisamment mystérieux pour donner envie de découvrir le fin mot de toute cette histoire. Une aventure qui appelle nécessairement une saison 2…

Parmi les acteurs au générique, citons les Belges Pauline Étienne, Laurent Capelluto, Nabil Mallat, Jan Bijvoet, Astrid Whettnall, Vincent Londez, Babetida Sadjo, Yassine Fadel et Laura Sepul. Vient s’ajouter à cette liste d’acteurs, la comédienne russe installée à Bruxelles, Regina Bikkinina.

Into the Night sera disponible le 1er mai simultanément dans les 190 pays où Netflix est présent.

Karin Tshidimba