« I May destroy you »: journal d’une reconstruction

« I May destroy you »: journal d’une reconstruction

La série I May destroy you*** est arrivée chez nous cet automne mais à l’heure de refermer cette année, le visage d’Arabella Essiedu plane encore dans tous les esprits. Ce mélange d’humour et de profond désarroi, de force de vie et de vulnérabilité, de perspicacité et d’aveuglement font de la jeune femme plus qu’un personnage, presque un modèle. Icône d’une année où il a fallu lutter pour rester debout et aller de l’avant…

(suite…)

Issa Rae: ex-reine du web sur les traces d’Oprah Winfrey et Shonda Rhimes au Mipcom

Issa Rae: ex-reine du web sur les traces d’Oprah Winfrey et Shonda Rhimes au Mipcom

Durant son enfance au Sénégal, Issa Rae Diop n’aurait sans doute jamais imaginé devenir célèbre à l’âge adulte en livrant son point de vue assez tranché sur le quotidien d’une jeune femme noire aux Etats-Unis. D’Awkward Black Girl à Insecure, son ton cash et son abattage impressionnant lui valent aujourd’hui d’être considérée comme l’une des voix les plus puissantes et les plus prometteuses de la communauté afro-américaine, mais aussi l’une des personnalités les plus influentes de 2018 selon le Time Magazine. Un statut que la trentenaire a encore parfois du mal à endosser, question de discrétion et de singularité sans doute.

(suite…)

Insecure: avec Issa Rae, la maladresse est un art

Insecure: avec Issa Rae, la maladresse est un art

Insecure.jpgLancée en octobre dernier par HBO, cette mini-série (8 épisodes) est d’abord née sur le net où sévissait avec succès sa créatrice et actrice principale, la comédienne d’origine sénégalaise, Issa Rae.
Comme son nom l’indique Insecure** s’intéresse à une jeune trentenaire en plein doute concernant son couple, son job et ses relations avec son entourage.

Dans l’association où elle travaille, Issa supporte de plus en plus difficilement le regard condescendant de ses collègues blancs aux yeux desquels elle apparaît trop souvent comme la « caution ethnique » de cette asbl s’adressant à un public noir et défavorisé. Sans compter qu’elle peine à supporter la passivité d’une majorité de Blancs face aux difficultés rencontrées par les Noirs.

(suite…)